•  home fr
  •  

    Mexique: partager l'information commerciale

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 4/2004

    Photo: CCI M. Gabriel Barrera, Vice-Président exécutif pour la promotion internationale, Bancomext, a tout de suite perçu le potentiel qu'aurait une version nationale du guide Les Clefs de l'exportation. Il a soutenu les efforts de Bancomext afin qu'elle soit la première organisation à s'associer avec le CCI pour publier une version du guide en espagnol.

    Bancomext, la Banque nationale de commerce extérieur du Mexique, a été la première organisation partenaire du CCI à publier une version nationale du guide en espagnol à l'intention des exportateurs débutants, avec le soutien de plusieurs donateurs. Elle fut aussi la première à produire des guides destinés à des secteurs d'exportation spécifiques.

    Comme M. Gabriel Barrera, Vice-Président exécutif pour la promotion internationale, l'explique, en entendant parler de ce produit, il a tout de suite compris la valeur qu'il aurait pour les exportateurs de son pays et il en a immédiatement voulu une copie. M. Ramamurti Badrinath, Directeur de la Division des services d'appui au commerce du CCI et instigateur du projet, lui a répondu: «Mais nous ne l'avons pas encore traduit en espagnol.» «Aucun problème, a rétorqué M. Barrera. Donnez-nous ce guide, nous allons le traduire pour vous…»




    Voici un entretien de M. Gabriel Barrera avec Mmes Alison Clements-Hunt, journaliste, et Hema Menon, Conseillère adjointe en compétitivité des entreprises, sur la collaboration avec le CCI en vue de traiter des questions d'information auxquelles les exportateurs mexicains sont confrontés.

    Question: Quand avez-vous pris connaissance du concept des guides Les Clefs de l'exportation?

    M. Barrera: C'est lorsque je représentais mon pays à la réunion annuelle du CCI, en 1998, que j'ai été informé de la publication du guide Les Clefs de l'exportation. J'en ai immédiatement perçu l'importance. En effet, il indiquait de façon concise, claire et concrète comment exporter. C'est pourquoi je me suis tout de suite adressé à M. Badrinath et lui ai offert de traduire le guide générique en espagnol, de sorte que n'importe qui en Amérique latine puisse s'en servir. Je tenais aussi à adapter le guide aux besoins spécifiques du Mexique. Et nous fûmes le premier pays hispanophone à en produire une version nationale.

    Question: Avant la publication des Clefs de l'exportation, où vos exportateurs, confirmés ou potentiels, pouvaient-ils s'adresser?

    M. Barrera: Bancomext s'est occupé de cela pendant 65 ans. Nous sommes le point de référence au Mexique. Notre centre d'appels reçoit 4000 appels par mois de la part de personnes qui cherchent des réponses à des questions liées au commerce. Il n'existe pas une tradition d'information dans le pays, ce qui fait que notre rôle a été d'essayer de l'instaurer. Avant Les Clefs de l'exportation, nous avions édité notre propre guide de base pour les exportateurs. Il a constitué un outil important et nous en avons vendu de nombreux exemplaires. Mais quand j'ai consulté la publication du CCI, j'ai constaté qu'elle était nettement supérieure à notre guide et qu'elle serait très utile au Mexique.

    Question: Comment avez-vous procédé pour adapter ce guide générique à votre pays?

    M. Barrera: L'un des points forts de cet ouvrage est sa méthodologie: à savoir choisir les 100 questions les plus fréquentes émanant des milieux d'affaires du pays. Et, encore plus, la façon de répondre à ces questions sur une page ou deux et d'y inclure des adresses pour obtenir plus d'information si nécessaire. Nous avons tenu à procéder très professionnellement; nous avons donc demandé à une société de conseil de procéder aux interviews avec les propriétaires de petites entreprises partout dans le pays pour être sûrs de collecter les questions les plus courantes. Ensuite, nous avons réuni des experts pour garantir les meilleures réponses possibles.

    Question: Quels résultats le guide a-t-il obtenus au Mexique?

    M. Barrera: Nous l'avons déjà réédité deux fois, car la demande a été très forte. Dans nos centres d'appels, nous employons des jeunes que nous recrutons dans les universités pour répondre aux demandes. Parmi dix interrogations, sept sont traitées dans le guide Les Clefs de l'exportation, dont ils se servent en toute confiance. Forts de cette réussite dans nos centres d'appels, nous avons formé des alliances avec les centres d'information universitaires et les chambres de commerce du pays, où l'on a formé des gens sur la base du guide. Grâce à cet outil, nous avons des contacts avec plus de 120 organes de ce type dans tout le Mexique. Les ambassades également se servent du guide pour répondre aux demandes des entrepreneurs de leur pays travaillant au Mexique qui veulent exporter de ce pays vers un autre. 

    Comme banque, nous nous préoccupons sans cesse de la meilleure manière de gérer nos ressources. Le guide Les Clefs de l'exportation nous permet de diminuer le temps de formation des employés travaillant avec la clientèle, car ils savent qu'ils peuvent compter sur cet outil efficace. Et nous sommes certains aussi que, dans nos 32 bureaux répartis dans le pays, nos clients reçoivent les mêmes réponses, car nous tenons à partager les mêmes connaissances avec eux où qu'ils se trouvent. C'est ce que ce guide nous a permis d'accomplir.

    Question: Le Mexique a été le premier pays à produire une version spécifique du guide. Qu'est-ce qui vous a poussé à cette démarche?

    M. Barrera: Nous recevions beaucoup de questions spécifiques à deux domaines: les aliments frais et transformés. Ces questions ne provenaient pas des grandes villes, mais des régions nord et sud. Nous avons ainsi décidé que des éditions spéciales étaient nécessaires. Nous nous sommes servis de la méthodologie du CCI pour adapter le guide et élaborer le Livre des réponses à l'exportateur concernant les secteurs des aliments frais et transformés. Nous avons l'intention de faire de même pour d'autres secteurs, mais nous avons besoin de temps et d'argent.

    Question: L'année dernière à Cancún, vous avez organisé un cours de formation sur Les Clefs de l'exportation destiné à d'autres organisations de promotion du commerce d'Amérique latine et des Caraïbes. Pouvez-vous nous en parler?

    M. Barrera: En Amérique latine, nous ne partageons pas seulement une langue et une culture. J'étais certain que des gens exerçant les mêmes fonctions que moi en Argentine, au Brésil, au Costa Rica, au Guatemala ou dans d'autres pays étaient confrontés aux mêmes problèmes. Ainsi, nous désirions partager notre expérience. Avec ce cours, nous avons resserré nos liens avec des gens que nous connaissions et fait la connaissance d'autres personnes que nous voulions connaître. Les Clefs de l'exportation représentent une solution que nous pouvions partager. Neuf des pays participant au cours ont à présent leur propre version nationale du guide.

    Question: Un grand pourcentage des exportations mexicaines partent vers les États-Unis et le Canada. Pensez-vous que Les Clefs de l'exportation vont encourager les entrepreneurs et les exportateurs à chercher de nouveaux marchés potentiels?

    M. Barrera: Il est vrai que presque 90% du commerce mexicain se fait avec l'Amérique du Nord. Le premier défi que nous devons relever à présent est de persuader les entrepreneurs mexicains d'exporter. Le second est de les convaincre de regarder plus loin, vers de nouveaux marchés. En fait, il existe beaucoup de possibilités pour les PME des pays latino-américains. Peut-être devrions-nous mettre plus l'accent là-dessus dans la prochaine édition des Clefs de l'exportation

    Question: Bancomext a collaboré avec le CCI pendant de nombreuses années. Le travail lié aux Clefs de l'exportation a-t-il changé vos rapports avec l'organisation?

    M. Barrera: Vous pouvez parier que, pour Bancomext, notre point de référence pour savoir comment faire mieux, c'est le CCI. Travailler avec le CCI nous a aussi permis de partager ce que nous avons fait avec d'autres pays. Nous sommes très reconnaissants et fiers de notre entente avec le CCI.

    Texte: Alison Clements-Hunt

    Organisations mentionnées dans cet article:



recherche
UCTADWTO