•  home fr
  •  

    L'Ouganda intègre le genre à sa stratégie d'exportation

     

     
     
    Forum du commerce international - No. 3-4/2008

    Note: Les frontières, noms et désignations utilisées ne reflètent pas l'expression d'un jugement ou l'approbation du Centre du commerce international.

    L'Ouganda révise sa politique et sa planification pour inscrire les femmes au cœur de sa stratégie d'exportation.

    Si en Ouganda, 40% des entreprises privées sont aux mains des femmes et 30% des femmes d'affaires exportent, leur contribution au développement socio-économique reste sous-estimée.

    Depuis quelques années, l'Ouganda enregistre une solide croissance annuelle de ses exportations et a réussi à diversifier sa base d'exportation. Mais il reste encore beaucoup à faire pour réaliser à l'horizon 2012 les objectifs de sa stratégie nationale d'exportation (SNE): augmentation des recettes annuelles de US$ 1,8 milliard à US$ 5 milliards par an, contribution au produit intérieur brut à hauteur de 16% et progression de US$ 82 à US$ 200 du niveau d'exportation par habitant.

    L'Ouganda a révisé sa politique de genre en 2007, jugeant le moment opportun pour introduire la perspective de genre dans la SNE. Une équipe à plusieurs parties prenantes a été créée sous la coordination du Conseil de promotion des exportations d'Ouganda, regroupant des représentants de secteurs prioritaires, des ministères clés (Ministère du tourisme, du commerce et de l'industrie; Ministère du genre, du travail et du développement social; et Ministère de l'éducation) et des organisations féminines de la société civile (telles que le Centre pour l'autonomisation économique des femmes en Afrique et l'Association des femmes chefs d'entreprise d'Ouganda), des organisations du secteur privé (Fédération des employeurs ougandais et Fondation du secteur privé de l'Ouganda) et des enseignants de l'Université de Makerere (Kampala).

    La vision tenait en peu de mots: "un secteur d'exportation dynamique et compétitif intégrant un nombre accru de femmes". Les avantages de l'intégration du genre ont été jugés essentiels pour susciter l'adhésion des parties prenantes. La parité hommes-femmes au sein de l'équipe des parties prenantes est également apparue comme une nécessité.

    L'équipe a focalisé son attention sur quatre secteurs clés (café, artisanat commercial, tourisme et produits laitiers) identifiés dans la SNE selon cinq critères principaux: contribution et pertinence vis-à-vis des objectifs socio-économiques; croissance sur les marchés mondiaux; secteurs pour lesquels les femmes ont prouvé leur potentiel en matière d'entrepreneuriat et d'investissement mais dont leur capacité est réduite faute de crédit, d'informations et de compétences; secteurs offrant un potentiel élevé de valeur ajoutée et une capacité de croissance et de pérennité; et secteurs disposant déjà de ressources productives (avantage concurrentiel) mais celles-ci ne sont pas réparties équitablement entre les hommes, les femmes et les groupes vulnérables.

    Ouganda: Stratégies pour renforcer la visibilité des femmes

    1. Intégrer la politique de genre ougandaise dans le secteur de l'exportation
    2. Examiner et moderniser la loi agraire afin de refléter le courant actuel de pensée
    3. Opérer des changements culturels et de comportement en faveur des femmes et des droits de propriété foncière
    4. Renforcer la capacité des femmes des régions rurales à augmenter les volumes de production avec de meilleurs prix et une meilleure qualité
    5. Développer un système de mesure et de représentation de l'équité en matière de genre
    6. Rationaliser l'environnement commercial
    7. Garantir que les femmes disposent d'informations suffisantes relativement à l'enregistrement des entreprises, les régimes de licence et la justice commerciale
    8. Développer et renforcer les regroupements pour les secteurs présentant un potentiel élevé d'exportations pour les femmes
    9. Renforcer la capacité concurrentielle en matière de gestion des hommes et des femmes sur les marchés d'exportation
    10. Améliorer les compétences techniques le long de la chaîne de production
    11. Créer les compétences entrepreneuriales des exportatrices en exercice, potentielles ou aspirantes
    12. Renforcer la capacité via la formation d'un nombre accru d'hommes et de femmes à la gestion de la qualité des exportations
    13. Créer une banque de données active sur les exigences mondiales liées aux produits
    14. Diffuser largement les informations concernant les marchés auprès des producteurs locaux
    15. Accroître les instruments pour réaliser le nantissement et accéder au crédit
    16. Créer un financement des exportations à long terme accessible aux femmes
    17. Améliorer l'accès au financement du commerce
    18. Renforcer la capacité des femmes de formuler des propositions de projets bancables



recherche
UCTADWTO