•  home fr
  •  

    L'Aide pour le commerce: Investir dans les personnes

     

     
     
    Forum du commerce international - No. 2/2009

    Le deuxième examen global de l'Aide pour le commerce organisé début juillet par l'OMC a dégagé plusieurs points de consensus pour orienter l'avenir. Tour à tour, les dirigeants des organisations internationales ont enjoint de passer à la phase de mise en œuvre, de résister au protectionnisme, de maintenir les flux d'aide au commerce, de renforcer le rôle du secteur privé et de conclure le cycle de Doha. Renforcer la dimension régionale de l'Aide pour le commerce, encourager l'appropriation nationale et l'évaluation de l'efficacité de l'impact figuraient également en bonne place sur l'agenda. "Si l'Aide pour le commerce était urgente en 2007, elle est essentielle aujourd'hui - c'est l'investissement qui permettra à de nombreux pays en développement de préparer la sortie de la crise en renforçant leur capacité commerciale," a déclaré Pascal Lamy, Directeur général de l'OMC, durant cette réunion.

    Nous croyons fermement que l'Aide pour le commerce peut initier des changements positifs dans les pays. Il est de notre responsabilité de traduire les impératifs commerciaux plus larges dans la réalité pour le bien du secteur privé sur le terrain et de garantir des retombées à ceux qui en ont le plus besoin.

    L'ITC se consacre à 100% à l'Aide pour le commerce. Il s'investit spécifiquement dans trois des cinq piliers sur lesquels repose cette initiative - politique et réglementations commerciales, développement du commerce, renforcement de la capacité de production, ajustement lié au commerce et infrastructure liée au commerce.

    La crise économique actuelle focalise l'attention des gouvernements sur les options politiques liées au commerce et au développement les plus favorables à l'économie nationale. L'Aide pour le commerce étant complexe en elle-même et la crise ne faisant qu'ajouter à cette complexité, nous devons nous assurer que les pays en développement, la communauté des donateurs et surtout le monde des affaires comprennent bien les problèmes (et les opportunités) sous-jacents.

    L'ITC encourage vivement le secteur privé à s'engager dans l'Aide pour le commerce, et ce de trois façons. Premièrement en tant que bénéficiaires : la capacité des entreprises privées à tirer un meilleur parti du système commercial mondial et à se développer durablement doit être l'objectif premier de cette initiative. Deuxièmement en tant que partenaires: via l'engagement actif des chambres de commerce, des institutions financières incluant les banques de développement, les fondations et les associations commerciales, dont la contribution est essentielle à l'efficacité de l'aide ou à la réduction du risque. Et enfin, en tant que facilitateurs de l'accès aux marchés: les grandes entreprises internationales ont un rôle majeur à jouer dans l'intégration des petits producteurs aux chaînes logistiques mondiales.

    Alors que l'infrastructure "lourde" facilite le commerce, l'infrastructure "légère" assure la compétitivité des entreprises. Investir dans les personnes est capital - les entrepreneurs doivent compter avec des réseaux d'appui au commerce bien informés et au fait des marchés s'ils veulent tirer parti des débouchés à l'exportation et s'adapter à l'évolution du monde.

    Ce numéro propose le point de vue plus large d'experts internationaux de renom que nous contrebalançons par l'expérience de personnes et d'entreprises qui réussissent malgré la crise économique mondiale. Ces histoires sont notre source d'inspiration et fournissent un modèle concret des résultats générés par le commerce dont peuvent tirer parti les communautés des pays en développement.

    L'ITC continue d'encourager les échanges dans le cadre de l'Aide pour le commerce. Nous croyons que le dialogue public-privé est essentiel pour s'assurer que les décisions sont prises collectivement et basées à la fois sur des informations objectives et une prise de conscience des facteurs qui, sur le terrain, font toute la différence.

    Nous voulons apporter notre soutien au processus décisionnel à un moment ou s'imposent des choix difficiles.


recherche
UCTADWTO