• back
  • 2007-1 NUMÉRO

  •  
  • Numéro 1/2007

                                                                                                                                      1-2007
     

  •  
  • Au premier abord, l'Afrique projette immanquablement une image négative; le continent est perçu comme soumis à des fléaux multiples: conflits, famine, VIH/SIDA etc. Une réflexion plus poussée révèle cependant que l'Afrique a un potentiel économique prometteur. Elle a été décrite comme «le dernier grand marché émergent» porteur de nombreuses opportunités et d'un fort potentiel. Sa réussite commerciale est essentielle à la réalisation d'un des plus grands objectifs actuels: le recul de la pauvreté.

    De l'Afrique, les agences de voyage vantent les safaris; les journaux font leurs titres sur les conflits qui ravagent le continent; le cinéma hollywoodien s'empare des diamants de la guerre.Cette image de l'Afrique ne reflète pas sa diversité économique, ses aspirations entrepreunariales ou l'optimisme qui est assorti à la hausse de l'investissement, à la croissance et une plus grande stabilité. La "marque Afrique" a besoin d'un changement si l'Afrique doit prendre la place qui lui revient sur les marchés mondiaux.Les articles du CCI, des collaborateurs de la CNUCED et du FMI figurant ci-dessous, sont les premiers d'une série de sujets sur le thème Changer « la marque Afrique » qui seront décrits sur ce site.

    De la Mongolie au Chili en passant par la Finlande, Maurice, la Zambie et El Salvador, un seul mot d'ordre: l'exportation.Cinq des meilleures agences nationales de développement du commerce ont reçu un prix en récompense de leurs efforts en vue d'élargir l'exportation et d'améliorer leur économie lors de la 6ème Conférence mondiale des OPC de Buenos Aires (Argentine) les 12 et 13 mars 2007.

    Johnnic Communications (ou Johncom) est un des plus grands groupes de presse et de loisirs d'Afrique; parallèlement à la distribution de journaux, de musique et de films, il possède des librairies et des cinémas. S'il a noué des liens étroits avec un géant multimédia anglais, le groupe sud-africain a toujours été un champion du commerce Sud-Sud. Son expansion vigoureuse au Nigéria vise à développer le potentiel de l'industrie du cinéma (surnommée Nollywood).

    En Éthiopie, une femme chef d'entreprise éthiopienne met en relation les tisserands pauvres détenteurs d'un savoir ancestral avec les riches acheteurs en quête de culture.La tradition veut qu'en Éthiopie les hommes tissent et les femmes filent. Muya apprend aux femmes à tisser pour gagner leur indépendance financière.

    CLIQUEZ ICI pour voir comment l'Afrique présente un nouveau visage par le biais d'une participation accrue des femmes, un monde de potentiel dans les services,la revalorisation des produits d'exportation traditionnels, et les fondations pour la prospérité.

    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 1/2007 Cliquer sur l'image pour l'agrandir Ces produits africains témoignent d'une nature généreuse et d'un savoir-faire spécialisé. Vendus sur les marchés mondiaux avec l'aide du CCI, ils sont la nouvelle «image de l'Afri

    La stabilité économique de l'Afrique subsaharienne, soutenue par une croissance mondiale favorable, offre désormais des opportunités de croissance déjà exploitées par la région. Mais il faut encore agir au niveau «micro» afin d'accélérer la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement.

    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 1/2007 Les articles ci-dessous, les seconds de la série de sujets concentrés sur l'Afrique, sont une collection de divers témoignages de la mosaïque économique africaine. Depuis un géant africain de la communication en Afrique d

    Traditionnellement, l'Afrique est restée hors de l'écran radar des investissements étrangers directs en raison notamment de la "balkanisation" du continent et en conséquence d'une étroitesse des marchés, d'une médiocrité de l'infrastructure et d'un problème d'image: de l'Afrique, une grande partie du monde ne connaît que la guerre civile, la maladie et la famine.

    Faire de l'investissement un moteur du développement à long terme pose problème à la fois aux pays riches en ressources et aux pays à faible revenu.En 2006, l'investissement étranger direct (IED) a fait un bond en avant en Afrique - se fixant au niveau record de US$ 38,8 milliards, soit une hausse de 26,5% - et devrait continuer en ce sens. Le continent doit saisir cette chance de renforcer les capacités de production intérieures et de stimuler le développement économique et humain à long terme.

    La responsabilité sociale des entreprises (RSE) est un préalable à toute activité en Afrique, comme l'explique la Vice-présidente de Shell Africa.

    La Tanzanie s'efforce d'améliorer sa visibilité pour attirer les acheteurs et les touristes étrangers

    La chaîne Starbucks vend cette année du café rwandais. Cette prouesse est due à l'intervention d'agences d'aide et d'entreprises privées qui ont su faire d'un café de masse peu rentable un produit haut de gamme.

    La vision du CCI pour développer le commerce, contenue dans sa stratégie pour l'Afrique, repose sur la stimulation des flux commerciaux intra-africains, la mise en réseau intrarégionale des institutions d'appui au commerce, la stratégie de marque positive, la cohérence dans les questions sur la pauvreté et la parité homme-femme et la création de partenariats efficaces.Le CCI travaille avec les institutions africaines et vise les nouveaux acteurs qui influencent le commerce et le développement économique dans la société civile.

    Une innovation technologique primée génère de nouveaux emplois et permet aux Bochimans de partager leur précieux savoir pour préserver l'environnement.

    En Afrique, le marché du portable est en plein essor. Tout comme l'ordinateur et l'Internet ont révolutionné les échanges en Occident, la téléphonie mobile peut aider les exportateurs africains à résoudre certains problèmes commerciaux.

    Les pays privilégient l'assistance liée au commerce dans ce nouveau modèle de financement des projets de développement proposé par Millennium Challenge Corporation.

    Un nouveau partenariat de développement commercial appuiera les efforts des entreprises et des gouvernements alors que les perspectives commerciales de l'Afrique s'améliorent.

    Le CCI a lancé un portail Internet (en anglais) pour le secteur bio des pays en développement. «Organic Link»  fournit aux exportateurs, aux centres de recherche et autres parties prenantes de ces pays des informations sur les acheteurs et les marchés par différents biais:

    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 1/2007 Le Business Management System: Un cadre de référence pour renforcer la compétitivité internationale 143 pages. Guide présentant le concept du Business Management System (BMS) en tant que structure générique pour la g

    Interview - Magatte N'DoyeLa stratégie nationale d'exportation et la sensibilisation à la politique commerciale profitent aux décideurs du Sénégal.

    Après des années de guerre, les autorités de la Sierra Leone chargées du développement des exportations cherchent à relancer la culture du gingembre pour faire reculer la pauvreté. Cet article est basé sur l'interview d'Abu Bakkar Kebbay de l'Agence de développement des exportations du Ministère du commerce et de l'industrie.

    Ce chef d'entreprise tunisien est représentatif de l'effort fait par la Tunisie pour se positionner sur le marché des technologies de l'information et de la communication (TIC).

    La société civile peut aider les négociateurs commerciaux à axer davantage leurs positions sur le développement lors des négociations sur le commerce.

    Le séminaire annuel du CCI destiné aux directeurs des centres d'information commerciale et aux unités d'information sur les marchés des pays en développement et en transition a pour thème «Méthodes et ressources pour la gestion des services d'information commerciale». Lors de la formation de deux semaines (en anglais), les participants testeront les principales sources internationales d'information sur les marchés disponibles sur Internet et débattront des méthodes et pratiques de gestion de l'information. Cette année, le séminaire portera sur les outils et les modalités de création de réseaux.

  • Au premier abord, l'Afrique projette immanquablement une image négative; le continent est perçu comme soumis à des fléaux multiples: conflits, famine, VIH/SIDA etc. Une réflexion plus poussée révèle cependant que l'Afrique a un potentiel économique prometteur. Elle a été décrite comme «le dernier grand marché émergent» porteur de nombreuses opportunités et d'un fort potentiel. Sa réussite commerciale est essentielle à la réalisation d'un des plus grands objectifs actuels: le recul de la pauvreté.

    De l'Afrique, les agences de voyage vantent les safaris; les journaux font leurs titres sur les conflits qui ravagent le continent; le cinéma hollywoodien s'empare des diamants de la guerre.Cette image de l'Afrique ne reflète pas sa diversité économique, ses aspirations entrepreunariales ou l'optimisme qui est assorti à la hausse de l'investissement, à la croissance et une plus grande stabilité. La "marque Afrique" a besoin d'un changement si l'Afrique doit prendre la place qui lui revient sur les marchés mondiaux.Les articles du CCI, des collaborateurs de la CNUCED et du FMI figurant ci-dessous, sont les premiers d'une série de sujets sur le thème Changer « la marque Afrique » qui seront décrits sur ce site.

    De la Mongolie au Chili en passant par la Finlande, Maurice, la Zambie et El Salvador, un seul mot d'ordre: l'exportation.Cinq des meilleures agences nationales de développement du commerce ont reçu un prix en récompense de leurs efforts en vue d'élargir l'exportation et d'améliorer leur économie lors de la 6ème Conférence mondiale des OPC de Buenos Aires (Argentine) les 12 et 13 mars 2007.

    Johnnic Communications (ou Johncom) est un des plus grands groupes de presse et de loisirs d'Afrique; parallèlement à la distribution de journaux, de musique et de films, il possède des librairies et des cinémas. S'il a noué des liens étroits avec un géant multimédia anglais, le groupe sud-africain a toujours été un champion du commerce Sud-Sud. Son expansion vigoureuse au Nigéria vise à développer le potentiel de l'industrie du cinéma (surnommée Nollywood).

    En Éthiopie, une femme chef d'entreprise éthiopienne met en relation les tisserands pauvres détenteurs d'un savoir ancestral avec les riches acheteurs en quête de culture.La tradition veut qu'en Éthiopie les hommes tissent et les femmes filent. Muya apprend aux femmes à tisser pour gagner leur indépendance financière.

    CLIQUEZ ICI pour voir comment l'Afrique présente un nouveau visage par le biais d'une participation accrue des femmes, un monde de potentiel dans les services,la revalorisation des produits d'exportation traditionnels, et les fondations pour la prospérité.

    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 1/2007 Cliquer sur l'image pour l'agrandir Ces produits africains témoignent d'une nature généreuse et d'un savoir-faire spécialisé. Vendus sur les marchés mondiaux avec l'aide du CCI, ils sont la nouvelle «image de l'Afri

    La stabilité économique de l'Afrique subsaharienne, soutenue par une croissance mondiale favorable, offre désormais des opportunités de croissance déjà exploitées par la région. Mais il faut encore agir au niveau «micro» afin d'accélérer la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement.

    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 1/2007 Les articles ci-dessous, les seconds de la série de sujets concentrés sur l'Afrique, sont une collection de divers témoignages de la mosaïque économique africaine. Depuis un géant africain de la communication en Afrique d

    Traditionnellement, l'Afrique est restée hors de l'écran radar des investissements étrangers directs en raison notamment de la "balkanisation" du continent et en conséquence d'une étroitesse des marchés, d'une médiocrité de l'infrastructure et d'un problème d'image: de l'Afrique, une grande partie du monde ne connaît que la guerre civile, la maladie et la famine.

    Faire de l'investissement un moteur du développement à long terme pose problème à la fois aux pays riches en ressources et aux pays à faible revenu.En 2006, l'investissement étranger direct (IED) a fait un bond en avant en Afrique - se fixant au niveau record de US$ 38,8 milliards, soit une hausse de 26,5% - et devrait continuer en ce sens. Le continent doit saisir cette chance de renforcer les capacités de production intérieures et de stimuler le développement économique et humain à long terme.

    La responsabilité sociale des entreprises (RSE) est un préalable à toute activité en Afrique, comme l'explique la Vice-présidente de Shell Africa.

    La Tanzanie s'efforce d'améliorer sa visibilité pour attirer les acheteurs et les touristes étrangers

    La chaîne Starbucks vend cette année du café rwandais. Cette prouesse est due à l'intervention d'agences d'aide et d'entreprises privées qui ont su faire d'un café de masse peu rentable un produit haut de gamme.

    La vision du CCI pour développer le commerce, contenue dans sa stratégie pour l'Afrique, repose sur la stimulation des flux commerciaux intra-africains, la mise en réseau intrarégionale des institutions d'appui au commerce, la stratégie de marque positive, la cohérence dans les questions sur la pauvreté et la parité homme-femme et la création de partenariats efficaces.Le CCI travaille avec les institutions africaines et vise les nouveaux acteurs qui influencent le commerce et le développement économique dans la société civile.

    Une innovation technologique primée génère de nouveaux emplois et permet aux Bochimans de partager leur précieux savoir pour préserver l'environnement.

    En Afrique, le marché du portable est en plein essor. Tout comme l'ordinateur et l'Internet ont révolutionné les échanges en Occident, la téléphonie mobile peut aider les exportateurs africains à résoudre certains problèmes commerciaux.

    Les pays privilégient l'assistance liée au commerce dans ce nouveau modèle de financement des projets de développement proposé par Millennium Challenge Corporation.

    Un nouveau partenariat de développement commercial appuiera les efforts des entreprises et des gouvernements alors que les perspectives commerciales de l'Afrique s'améliorent.

    Le CCI a lancé un portail Internet (en anglais) pour le secteur bio des pays en développement. «Organic Link»  fournit aux exportateurs, aux centres de recherche et autres parties prenantes de ces pays des informations sur les acheteurs et les marchés par différents biais:

    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 1/2007 Le Business Management System: Un cadre de référence pour renforcer la compétitivité internationale 143 pages. Guide présentant le concept du Business Management System (BMS) en tant que structure générique pour la g

    Interview - Magatte N'DoyeLa stratégie nationale d'exportation et la sensibilisation à la politique commerciale profitent aux décideurs du Sénégal.

    Après des années de guerre, les autorités de la Sierra Leone chargées du développement des exportations cherchent à relancer la culture du gingembre pour faire reculer la pauvreté. Cet article est basé sur l'interview d'Abu Bakkar Kebbay de l'Agence de développement des exportations du Ministère du commerce et de l'industrie.

    Ce chef d'entreprise tunisien est représentatif de l'effort fait par la Tunisie pour se positionner sur le marché des technologies de l'information et de la communication (TIC).

    La société civile peut aider les négociateurs commerciaux à axer davantage leurs positions sur le développement lors des négociations sur le commerce.

    Le séminaire annuel du CCI destiné aux directeurs des centres d'information commerciale et aux unités d'information sur les marchés des pays en développement et en transition a pour thème «Méthodes et ressources pour la gestion des services d'information commerciale». Lors de la formation de deux semaines (en anglais), les participants testeront les principales sources internationales d'information sur les marchés disponibles sur Internet et débattront des méthodes et pratiques de gestion de l'information. Cette année, le séminaire portera sur les outils et les modalités de création de réseaux.