• back
  • UNE APPROCHE ASCENDANTE DE L'ACCÈS DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT AUX ÉNERGIES PROPRES

  •  

    Une approche ascendante de l'accès des pays en développement aux énergies propres

     

     
     
    Forum du commerce international - No. 1/2010

    L'envolée de la demande mondiale de ressources ainsi que la croissance et l'urbanisation galopantes de pays comme la Chine, l'Inde et l'Indonésie, entraînent une hausse générale du prix des matières premières, notamment des combustibles. Des technologies existent pour calmer la demande des pays en développement en combustibles fossiles et produire plus efficacement des biens et des services. Elles peuvent aussi réduire les émissions de GES.

    À court terme, cette forte dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles devrait se maintenir mais les technologies sobres en carbone devraient gagner du terrain. Elles incluent les technologies dont la durabilité est parfois remise en cause par les environnementalistes traditionnels: technologies avancées du charbon propres, nucléaire de quatrième génération et capture et stockage du carbone, qui toutes génèrent de faibles émissions de carbone. Les systèmes d'énergie propre, comme les énergies renouvelables et les systèmes d'efficacité énergétique, devraient jouer un rôle majeur dans la décarbonisation du secteur énergétique et la réduction des émissions de GES.

    L'attention s'est portée sur les mesures politiques permettant au secteur énergétique d'emprunter la voie sobre en carbone. Mais l'énergie propre crée dans les pays en développement des problèmes spécifiques, ou plus précisément des obstacles, qui entravent la croissance: hausse des coûts d'investissement, besoin de transfert technologique, risque technologique et sa gestion, et capacité réduite de ces pays à intégrer des technologies novatrices.

    Rôle de REEEP

    Pour un pays en développement, les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique représentent un nouveau défi quant à la façon d'intégrer la planification énergétique dans les priorités politiques liées à la sécurité énergétique, au climat, à la décentralisation, au pluralisme et à l'emploi local.

    Le Partenariat pour les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique (REEEP), de type mondial public-privé, a été lancé comme un partenariat des Nations Unies de type II par le Royaume-Uni afin de concrétiser les engagements pris lors du Sommet mondial sur le développement durable et de mettre en œuvre les recommandations du Groupe de travail du G8 sur les énergies renouvelables. Durant les cinq dernières années, le partenariat a travaillé avec plus de 50 pays en développement afin d'accélérer le développement des énergies renouvelables et des technologies énergétiques efficaces dans l'optique du développement durable et de la réduction de la pauvreté.

    Le partenariat privilégie une approche ascendante. Les initiatives sont souvent le fait d'organisations locales - gouvernements, entreprises et financiers qui créent des modèles extensibles et reproductibles de développement du marché des énergies propres. Beaucoup utilisent des approches financières novatrices et de nouveaux modèles d'entreprise qui s'attaquent aux barrières au plan local. Le but est de récompenser la réflexion novatrice et de reconnaître le potentiel.

    Pour exemple, le mécanisme de financement mis en place avec la Fondation Fiorello H. LaGuardia a créé un fonds de financement pour faire des énergies renouvelables un intrant du développement économique rural. Ce mécanisme a mobilisé des fonds à l'échelon local au profit de systèmes agricoles basés sur l'énergie renouvelable à João Pessoa au Brésil. Les petits fermiers ont utilisé les prêts pour acquérir la technologie: micro-irrigation combinée à des pompes solaires et des biodigesteurs pour la production de biogaz et d'engrais bio. Ils ont aussi financé des séchoirs solaires pour le séchage des fruits et des épices.

    PFAN: Réseau consultatif pour le financement privé

    Cette approche hybride du financement a été reprise au Mozambique dans le cadre de l'initiative du Réseau consultatif pour le financement privé (PFAN) soutenue par REEEP.

    Les pays en développement sont confrontés à un autre problème: l'absence de points de vente proposant une énergie propre, particulièrement dans les régions rurales. Ce problème est aggravé par le manque d'accès au financement du commerce et du crédit à la consommation; les populations peuvent emprunter pour acheter des biens de consommation courants et des voitures, pas des systèmes énergétiques propres.

    Fonds de développement pour une infrastructure durable à petite échelle (S3IDF)

    REEEP collabore avec S3IDF dans l'État de Karnataka en Inde à la mise sur pied de chaînes logistiques pour des lampes fluorescentes compactes, des autocuiseurs efficaces, des fours et des lanternes solaires. S3IDF fait aussi appel à des institutions de microcrédit et fournit des garanties pour permettre aux familles, aux boutiques et autres points de vente d'acheter des systèmes. S3IDF tente également de vendre les réductions d'émissions certifiées réalisées dans le cadre de ses initiatives sur les marchés du carbone volontaires via des mécanismes comme Gold Standard (autre initiative appuyée par REEEP) à des fins de cofinancement.

    CDP: Projet de publication volontaire des émissions carboniques

    Le monde des affaires devient un puissant moteur des investissements liés aux énergies renouvelables et à l'efficacité énergétique, et il est poussé en ce sens par les stratégies de responsabilité sociale d'entreprise. C'est ainsi que REEEP a conclu avec le CDP un partenariat de longue date qui intègre des mesures sur les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique dans le cadre de l'évaluation de l'empreinte carbone des 500 premières entreprises du classement du Financial Times. Actuellement, REEEP et le CDP collaborent à l'analyse des mesures sur l'utilisation des énergies renouvelables et l'efficacité énergétique des plus grandes entreprises publiques (200 pour l'Inde et 100 pour le Brésil, la Chine et l'Afrique du Sud). Un rapport, publié au second trimestre 2010, permettra de cerner les niveaux actuels d'engagement et d'investissement du secteur privé dans ces pays du groupe BASIC.

    Au rang des enseignements importants tirés de ces initiatives locales, toujours inachevées, figurent:

    • Le microcrédit peut jouer un rôle majeur dans le développement de marchés pour les petits systèmes et dispositifs énergétiques sobres en carbone mais seules les niches de marché sont concernées par les réalisations. Les trois facteurs essentiels auxquels s'attaquer pour renforcer le rôle du microcrédit dans les énergies propres sont: gestion des coûts de transaction, gestion des risques liés au crédit et disponibilité de ressources financières à bas coût et à long terme.
    • On pense que les populations pauvres des zones urbaines/péri-urbaines et rurales ne peuvent assumer le coût des énergies sobres en carbone. Or la majorité des pauvres ont une facture énergétique élevée par rapport à leur revenu. On croit aussi que les services énergétiques sobres en CO2 sont mieux aux mains d'organisations à but non lucratif. Mais fournir des services énergétiques aux pauvres est une activité rentable où les principes et les entreprises à but lucratif ont un rôle accru à jouer.
    • Le secteur privé doit s'investir plus activement dans l'adoption des énergies propres par les pays en développement afin de renforcer l'ampleur et l'impact de la transition. Alors que l'intérêt pour les énergies renouvelables ne se tarit pas, il faut que les politiques publiques réglementent et fournissent des incitations pour que l'action publique les fasse évoluer du domaine de la responsabilité sociale vers le courant commercial dominant.

    L'expérience de REEEP basée sur les 130 projets financés au cours des cinq dernières années dans plus de 50 pays en développement, montre que le déploiement des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique pourrait être accéléré par des approches novatrices du financement, des initiatives institutionnelles et de nouvelles opportunités commerciales.

    Sites Internet utiles

    Aperçu des projets de REEEP en cours

    Fiorello H. LaGuardia Foundation

    PFAN

    S3IDF

    Carbon Disclosure Project

    Gold Standard Foundation