• back
  • UN PROJET EN VEDETTE: ACHETER AFRICAIN EN AFRIQUE

  •  

    Un projet en vedette: Acheter africain en Afrique

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 4/2002

    L'article ci-dessus est paru dans le Financial Times du 25 octobre 2002; il relate la réunion acheteurs/vendeurs tenue à Johannesburg. Nous l'avons reproduit ici avec la permission de la rédaction du journal.

    Il y a une année, Forum présentait un programme visant à augmenter les approvisionnements des agences internationales d'aide œuvrant en Afrique auprès de fournisseurs africains (N° 4/2001). Grâce à des recherches de marché, à la formation et à des réunions acheteurs/vendeurs, cette initiative a généré des débouchés pour les entreprises africaines.

    De plus en plus d'entreprises africaines ont accès aux programmes d'approvisionnement des agences internationales d'aide qui travaillent en Afrique, ce qui peut générer des échanges intrarégionaux, renforcer les compétences de ces entreprises et augmenter leurs revenus.

    À cet effet, en février 2001 le CCI a lancé le programme Acheter africain en Afrique, initiative destinée à mettre en contact les agences internationales d'aide (agences, programmes et fonds des Nations Unies et organisations non gouvernementales), avec les fournisseurs africains potentiels de matériel de secours et de développement. Parallèlement, le programme aide les entreprises africaines à saisir les occasions commerciales sur le marché des approvisionnements en Afrique.

    Depuis lors, trois réunions acheteurs/vendeurs (à Dakar, Johannesburg et Nairobi) ont rendu attentifs 170 entrepreneurs africains sur les débouchés que représentent les agences d'aide en Afrique. Les participants ont aussi été mis au courant de méthodes appropriées pour faire une offre et vendre leurs produits. À la suite de cela, les entreprises ont entamé des opérations sur ce nouveau marché et elles sont nombreuses à avoir été enregistrées dans les bases de données de fournisseurs des agences.

    Les agences d'aide ont également été enchantées de contribuer à de nombreuses réunions. Elles se sont engagées à s'approvisionner de préférence localement et ont reconnu que les rencontres acheteurs/vendeurs sont un excellent moyen d'y parvenir. Plus de 80% des agences présentes ont déclaré que ces rencontres ont contribué à changer leur perception du potentiel de fourniture en Afrique.

    Une réussite africaine

    Après une réunion acheteurs/vendeurs du CCI sur l'approvisionnement en articles destinés à l'aide humanitaire (Nairobi, novembre 2001), Chandu Dodhia, de Spinners and Spinners, un fabricant kényen de couvertures, a enregistré des commandes d'une valeur de US$ 906 440 et des demandes de renseignements pour près de US$ 2,8 millions. M. Dodhia et 76 autres exportateurs africains ont enregistré pour US$ 2 millions de nouveaux contrats au cours du mois qui a suivi la rencontre; ils ont ensuite obtenu d'autres commandes, et tous les acheteurs des agences d'aide ont découvert de nouvelles sources d'approvisionnement.

    «On croit à tort que l'Afrique n'exporte que quelques produits de base, note Hendrik Roelofsen, Directeur de la Division de la coordination de la coopération technique du CCI. On doute aussi de la capacité des producteurs africains à fournir des articles de qualité à des prix compétitifs. Ils ne sont donc pas tenus au courant des besoins des acheteurs internationaux. Nous espérons aider à combattre de tels préjugés et ce manque d'information.»

    Les acheteurs présents à Nairobi représentaient des agences internationales d'aide qui s'approvisionnent en biens et services pour les missions de développement ou les opérations d'aide en cas de catastrophe dans la région. Au cours de 400 rencontres bilatérales, 32 professionnels de l'approvisionnement se sont approchés de 77 entrepreneurs spécialisés dans l'exportation de tentes, couvertures, récipients, moustiquaires et autres articles de secours.

    Grâce à ces réunions, les entrepreneurs ont mieux compris les exigences des agences d'aide, et ces dernières ont pu vérifier la compétitivité et la préparation à exporter des entreprises africaines, qui peuvent satisfaire les exigences strictes des offres d'achats.






    Réimpression de Financial Times, du 25 octobre 2002-11-08

    "Local Supplies Urged in Southern Africa
    by James Lamont

    International aid agencies were told yesterday that they should seek supplies to alleviate the humanitarian crisis in southern Africa from the region itself.

    During a two-day meeting in Johannesburg, ITC, an arm of WTO and UNCTAD, appealed to United Nations agencies and non-governmental organizations, such as the World Food Programme and the International Red Cross, to buy more food and shelter materials from local suppliers.

    UN agencies have traditionally sourced emergency relief supplies from close to their international headquarters.

    The supply of tents for UN operations is dominated by Pakistan, while heavy-duty tarpaulins are manufactured in Europe. Emergency maize supplies are being imported into southern Africa from the United States and Latin America.

    "Demand is very high," said Catherine Taupiac, ITC's regional trade adviser. "Supply from local sources [in southern Africa] could double. South African companies, in particular, have strong global potential with food items.

    This week's meeting has promoted the local supply of cereals, beans, vegetable oil and nutritional foods needed as emergency food relief to drought-stricken southern Africa. Aid agencies have also sought to secure locally made tents, blankets, mattresses, mosquito nets and cardboard coffins.

    About 14 million people in the region face severe food shortages as a result of a regionwide drought and economic mismanagement. The worst affected countries are Zimbabwe, Malawi, Zambia, Mozambique, Swaziland and Lesotho.

    HIV/Aids has worsened the effects of the drought. The Geneva-based World Health Organization estimates that about 200,000 people will have died from a lethal combination of disease and hunger in the six months to February.

    ITC expects South African companies to soak up 90% of the regional emergency relief supply business.

    South African companies supplied US$ 29 million worth of emergency supplies to the UN last year. The UN's total annial procurement budget is US$ 850 million so there is plenty of room for African companies to expand.
    ITC believes contracts struck in support of this humanitarian effort may serve for disaster management elsewhere in the world."





    L'avenir

    Encouragés par les résultats positifs de ces réunions, et à la demande des participants, le CCI envisage d'autres rencontres acheteurs/vendeurs en Afrique. En été 2003, il organisera une rencontre sur les produits alimentaires, les abris et les outils agricoles en Afrique orientale. Il mettra également sur pied une réunion à Almaty, au Kazakhstan, pour déterminer si ce type d'initiative est adaptable dans les pays de la Communauté des États indépendants d'Asie centrale afin de fournir du matériel de secours dans la région, notamment pour la reconstruction de l'Afghanistan.

    Pour plus d'information sur ce programme, veuillez contacter Catherine Taupiac, Conseillère régionale du CCI en promotion commerciale (taupiac@intracen.org).