• back
  • TURQUIE: UNE MEILLEURE FORMATION POUR LES PETITS EXPORTATEURS

  •  

    Turquie: Une meilleure formation pour les petits exportateurs

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 4/2004

    La croissance des exportations de la Turquie, ces dernières années, donne des signes encourageants sur son potentiel économique. Ce pays compte sur ses petites entreprises pour continuer sur cette voie. Pour répondre aux besoins d'une multitude de nouveaux exportateurs, principalement des PME, le Centre turc pour la promotion de l'exportation a fait appel au CCI pour réorganiser ses services. Ensemble, ils ont élaboré une nouvelle approche dans la formation des conseillers commerciaux pour les petites entreprises, à présent appliquée dans d'autres pays.

    Les exportations turques ont atteint un sommet en 2003, US$ 46,9 milliards, soit 30% de plus que l'année précédente. Entre 2001 et 2003, le nombre des exportateurs a passé de presque 29 000 à 35 000, pour la plupart des petites et moyennes entreprises (PME) qui jouent un rôle important dans l'économie du pays, constituant 99,8% de toutes les compagnies et contribuant à hauteur de 76,7% à l'emploi total.

    En 2001, le Plan quinquennal de dévelop- pement (2001-2005) venait d'être signé par le Gouvernement, qui sanctionnait la Charte de Bologne sur les politiques à l'égard des PME de l'OCDE approuvée un an auparavant. Enfin, avec l'accession à l'Union européenne à l'ordre du jour et l'Accord sur les textiles et les vêtements arrivant à échéance fin décembre 2004, les représentants du Centre turc pour la promotion de l'exportation (IGEME) étaient préoccupés par le fait que les PME du pays n'exprimaient pas leur plein potentiel d'exportation.

    Demande grandissanted'exportation de services

    Sans augmenter le nombre de ses experts (73), l'IGEME a réexaminé ses efforts pour mieux répondre aux attentes de ses clients. D'abord, il devait se montrer plus systématique dans la manière de prêter ses services en vue de déverrouiller le potentiel des PME et de remplir les engagements récents du Gouvernement. Ensuite, il a réévalué les services eux-mêmes. L'IGEME pensait que les responsables de petites entreprises avaient besoin d'une assistance simple, directe et abordable, fournie par des personnes comprenant les conditions du marché locales.

    L'IGEME ne recherchait pas une solution rapide pour l'exportation, mais désirait plutôt créer un changement dans la culture commerciale pour que les firmes réussissent dans l'environnement du commerce en évolution. Dès le départ, les entreprises devaient penser sur le plan international. Le commerce international devait devenir une habitude quotidienne, et ne plus être réservé uniquement à une élite.

    Mme Beratiye Öncü, Directrice exécutive de l'IGEME, et Mme Sevim Yalçin, Directrice, ont perçu la menace à l'horizon. Elles ont fait appel au CCI avec un objectif clair à l'esprit: identifier des programmes et services novateurs susceptibles d'améliorer la compétitivité internationale des PME turques.

    Mme Yalçin se souvient: «Je me réjouissais beaucoup de commencer. Nous avons démarré avec le projet Les Clefs de l'exportation, puis nous avons poursuivi avec la Mesure de la compétitivité internationale. En prenant confiance, nous sommes devenus plus ambitieux.»

    M. Ramamurti Badrinath, Directeur de la Division des services d'appui au commerce du CCI, a encouragé l'IGEME à se servir des outils du CCI déjà disponibles. «Je savais qu'avec l'IGEME nous nous trouvions en face d'un partenaire engagé, explique-t-il, et j'avais raison. Quelques mois après notre premier contact, ils avaient choisi la publication du CCI Les Clefs de l'exportation et en avaient édité une adaptation en turc. À l'heure actuelle, ils ont beaucoup investi, en capital et en ressources humaines, pour faire fonctionner les outils du CCI.»

    Les Clefs de l'exportation ont fourni à l'IGEME une méthode pour rechercher et apporter des réponses aux 100 questions les plus fréquentes des nouveaux exportateurs turcs. L'IGEME a mis ces questions et réponses sur l'internet. La Mesure de la compétitivité internationale a permis l'introduction de techniques d'évaluation comparative pour l'industrie des composants automobiles. Avec un système établi pour traiter les demandes de base et l'expérience dans l'évaluation comparative et des techniques de formation aux exportateurs de haute valeur ajoutée, la Turquie a commencé à travailler avec le CCI pour répondre à des demandes liées à l'exportation plus complexes de la part de ses entreprises.



    En Turquie, les PME représentent 99,8% des entreprises, mais seulement 10% à 20% du total des exportations. Savoir exploiter le potentiel des PME pour le commerce international est essentiel pour les résultats commerciaux du pays.