• back
  • TECHNOLOGIES VERTES: DES OPPORTUNITÉS POUR LE COMMERCE SUD-SUD

  •  

    Technologies vertes: Des opportunités pour le commerce Sud-Sud

     

     
     
    Forum du commerce international - No. 1/2010 
     

    Jusqu'ici, les préoccupations liées au changement climatique et à l'environnement ont peu influencé la voie empruntée par la croissance économique en Asie du Sud-Est. Mais l'intérêt mondial croissant ainsi que la rude concurrence et la pression accrue qui pèsent sur les terres agricoles et les ressources en eau devraient changer la donne.

    En 20 ans, les technologies vertes sont devenues un marché mondial estimé en 2008 à $E.-U. 650 milliards, soit l'équivalent des industries aérospatiale et pharmaceutique; les chefs de file du secteur sont les États-Unis, le Japon et l'UE. Selon le Forum européen sur l'éco-innovation, le marché devrait atteindre près de $E.-U. 2300 milliards d'ici 2020.



    Les secteurs prometteurs 

    Les éco-industries regroupent des technologies avancées très complexes et coûteuses (high-tech) et des technologies simples au service des besoins humains fondamentaux. Les secteurs les plus prometteurs identifiés par l'ITC en termes de croissance des exportations et des opportunités concernent les énergies renouvelables, les technologies de l'information vertes et les services connexes, le recyclage et le traitement de l'eau. Le tableau ci-après détaille les technologies et services exportables et leur potentiel pour le commerce Sud-Sud.



    Au Royaume-Uni, Joint Environmental Markets Unit prévoit que d'ici 2010 les activités des pays en développement et en transition liées à l'environnement auront augmenté de 10 pour cent par an, soit un marché de $E.-U. 178 milliards. Les pays en développement doivent bâtir un secteur des technologies vertes solide et compétitif s'ils veulent tirer parti de ces opportunités.





    Dans son rapport 2009, "Commerce international et changement climatique", la Banque mondiale estime que "traditionnellement, les pays en développement ont été des importateurs de technologies propres et les pays développés des exportateurs. Mais, suite à l'amélioration du climat des investissements et au potentiel clientèle énorme, les pays en développement s'imposent comme des acteurs majeurs du secteur de l'éco-technologie, ce qui est de bon augure pour un transfert dynamique de technologie Sud-Sud à l'avenir." Le développement du commerce Sud-Sud des technologies vertes créera des opportunités d'exportation, facilitera le transfert technologique et sera un outil efficace du développement durable sobre en carbone et un catalyseur de la création d'emplois "verts" et de revenus d'exportation.

    Les perspectives sont radieuses

    La Chine, l'Inde, la Malaisie, le Pakistan, les Philippines, la Thaïlande et le Viet Nam ont déjà exporté avec succès des éco-technologies. Ainsi en 2007, les exportations thaïlandaises d'éco-technologies liées au traitement de l'eau, au contrôle de la pollution et à l'énergie renouvelable ont rapporté près de $E.-U. 2,3 milliards.



    Ravotek est une entreprise thaïlandaise qui tire profit de l'innovation dictée par l'exportation. Elle emploie 20 personnes et s'est lancée en 2002 dans la fabrication de capteurs solaires protégés par un brevet thaïlandais (qui recueillent l'énergie solaire pour chauffer l'eau); elle produit aujourd'hui 2 000 mètres carrés de capteurs par mois. Vikorn Vallikul, son Directeur, explique: "Nous excellons dans la fabrication, la recherche et la formation mais nos points faibles sont la commercialisation, la création d'un réseau de vendeurs, l'expansion et l'approvisionnement. Nous voulons exporter vers les régions ensoleillées. Notre activité de niche consiste à analyser tout d'abord l'environnement et les clients avant d'attaquer le design." Des entreprises comme Ravotek sont bien placées pour exporter leurs produits, leur savoir-faire et leur gestion vers l'Asie du Sud-Est, voire au-delà.





    Les éco-industries se développent dans les pays les moins développés, comme le Cambodge et la République démocratique populaire lao, qui sont aussi des marchés d'importation cibles pour l'importation de technologies et de services environnementaux à bas coût en provenance d'autres pays en développement.

    Surmonter les obstacles

    Le développement du commerce des éco-technologies dans les pays en développement soulève souvent des problèmes. L'ITC a consulté les entreprises et les gouvernements des pays en développement et identifié les obstacles que rencontrent parfois les exportateurs souhaitant accéder au marché mondial de l'environnement: 

    • Manque de connaissance du marché mondial de la technologie environnementale et des services connexes
    • Complexité des règles d'entrée sur le marché mondial de la technologie verte pour les PME
    • Manque de savoir-faire des fournisseurs de technologie en matière de marketing international
    • Prise en compte insuffisante des points de vue et des préoccupations de l'éco-industrie dans l'élaboration des politiques sur le commerce et l'environnement
    • Insuffisance des capacités et du réseautage des institutions d'appui au commerce (IAC) pour promouvoir le commerce international des éco-technologies.

    Les activités de l'ITC liées au développement du commerce dans ce secteur visent à améliorer la compétitivité des PME exportatrices d'éco-technologies et les capacités des IAC à accroître le commerce des technologies et services environnementaux.



    L'ITC va aider les entreprises et les décideurs à faire des choix d'investissements "verts" et à élaborer des stratégies d'exportation. Des évaluations approfondies de la situation et des perspectives commerciales des secteurs clés de l'éco-technologie serviront de base au développement d'activités spécifiques de formation et de renforcement de la capacité afin de faciliter l'accès aux technologies vertes et leur diffusion. Il est prévu d'organiser des tables rondes pour le monde des affaires, des voyages d'études et des rencontres vendeurs/acheteurs pour stimuler le partage des connaissances et des informations. Ces actions entendent renforcer la collaboration intra-régionale autour des technologies vertes, créer une nouvelle chaîne de marchés et générer des exportations pour les partenaires du projet.



    La lanterne solaire Moonlight 

    Cambodge 

    Dans le cadre d'un projet pilote mené au Cambodge, l'ITC aide actuellement les entreprises et les décideurs à sélectionner des investissements verts et à élaborer une stratégie d'exportation aux plans national et de l'entreprise.



    La hausse de la demande des familles rurales en petits systèmes d'éclairage est un bon exemple de l'émergence du commerce vert. Une entreprise cambodgienne d'énergie solaire, Kamworks Ltd, créée en 2006, a mis au point une lanterne solaire portable (Moonlight) qui offre une solution sûre, abordable ($E.-U. 15) et durable aux habitants des régions rurales qui ont besoin d'un éclairage électrique de qualité pour remplacer les bougies et les lampes au kérosène peu efficaces.





    Technologie verte 

    Définition 

    L'ITC définit les technologies vertes comme "des biens et des services servant à mesurer, prévenir et limiter la pollution afin d'améliorer les conditions environnementales de l'air, de l'eau, des sols, des déchets et des problèmes liés au bruit; elles doivent être abordables, adaptables et disponibles sur les marchés des pays en développement à des fins de distribution et d'exportation."



    SEGMENTS DE L'INDUSTRIE DU CHANGEMENT CLIMATIQUE ET POTENTIEL D'EXPORTATION DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT, 2009 

    SEGMENTS DE L'INDUSTRIE DU CHANGEMENT
    CLIMATIQUE
    TECHNOLOGIES ET SERVICES POTENTIEL D'EXPORTATION DU COMMERCE SUD-SUD
     
     
    Énergies à faible
    émission de carbone

    Énergie solaire (photovoltaïque, concentrée, thermique), énergie éolienne, biomasse, biogaz, énergie hydraulique, énergie mini-hydraulique, micro-turbines, énergie issue des déchets, gaz d'enfouissement.
    Potentiel élevé  
    Capture et stockage du
    carbone (CSC)
    Développement technologique, design et construction, fonctionnement et maintenance de la technologie. Technologie et systèmes de capture du carbone. Pipelines et autre infrastructure et services de transport du CO2. Stockage géologique. Récupération assistée du pétrole et du gaz. Autres stockages: océans, carbonatation minérale. Potentiel faible  
    Efficacité énergétique Audits énergétiques, études de faisabilité et services techniques connexes. Développement, suivi et évaluation des projets. Composants et produits électroniques. Matériaux de construction isolants. Éducation des consommateurs/utilisateurs. Appareils de mesure, de surveillance et de contrôle. Potentiel élevé  
    Stockage de l'énergie Produits électrochimiques: batteries. Produits électriques: condensateurs. Produits mécaniques: stockage d'énergie par air comprimé. Produits thermiques: sel en fusion, bassins solaires, air liquide ou azote cryogéniques, énergie thermique saisonnière.

    Potentiel faible

     
    Construction verte Design, construction et contracting de bâtiments verts, systèmes de construction intelligents.
     
    Potentiel élevé  
    Transports Design urbain/utilisation de l'espace urbain. Biocarburants qui ne sont pas à base de graines. Moteurs, pièces, systèmes de composants pour véhicules. Potentiel élevé  
    Marchés du carbone Marché volontaire: compensations carbone. Marché réglementaire: crédits d'émission de carbone. Marché des crédits carbone et de la compensation: courtage, banque, opérations à terme. Développement de projets: MDP & JI , foresterie, agriculture, gaz d'enfouissement, énergies renouvelables et sobres en carbone. Services de suivi et registres des projets. Potentiel faible  
    Services Consultation et ingénierie: inventaires des émissions, études, efficacité, énergies renouvelables, autres systèmes électriques. Science et études du climat: gouvernements, universités, organisations à but non lucratif, etc. Recherche et développement. Potentiel élevé  

    Source: Adapté de Climate Change Business Journal 2009