• back
  • S'ACHETER LA COMPÉTITIVITÉ

  •  

    S'acheter la compétitivité

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 4/2004 
     

    Photo: CCI 

    Une gestion efficace des achats et de la chaîne d'approvisionnement est essentielle pour la compétitivité et pour les résultats à l'exportation. Cela engage environ 60% à 70% des coûts de l'entreprise. Le projet de formation du CCI Buying into Competitiveness (S'acheter la compétitivité) aide les firmes à développer des compétences dans ce domaine clé.

     La gestion des achats et de la chaîne d'approvisionnement se situe au sein des activités mêmes de l'entreprise. Mettre en place des stratégies d'achats et approvisionnements épargne des coûts et optimise la façon dont les compagnies intègrent les fournisseurs, la transformation et la distribution. Elles peuvent servir notamment à:

    • accélérer le temps de réponse au marché grâce à la diminution des délais;
    • assurer la disponibilité et la flexibilité des fournitures selon les exigences des consommateurs;
    • renforcer la qualité des produits et services - si les intrants ne possèdent pas la qualité adéquate, la production non plus;
    • mettre en valeur l'innovation par l'acquisition de nouveaux matériaux, technologies et installations, et
    • créer des partenariats avec d'autres compagnies dans le cadre de la chaîne d'approvisionnement, par exemple en sous-traitant des articles qui peuvent être acquis meilleur marché ailleurs.

    Beaucoup d'entrepreneurs ne possèdent pas les compétences pour administrer efficacement leur chaîne d'approvisionnement. Pour ce faire, il leur faut une formation qui englobe les technologies de l'information (TI), l'approvisionnement, la gestion des inventaires et de la logistique ainsi que des façons novatrices d'établir des relations avec les fournisseurs et les clients. Ils doivent se préparer à mettre en place des stratégies destinées à dynamiser leur compétitivité de façon pratique et structurée. De nombreuses compagnies, tant dans les pays industrialisés que dans les pays en développement, ont une approche réactive et non proactive en ce qui concerne leurs achats et la chaîne d'approvisionnement. En outre, elles sont souvent hostiles au changement.

    Roberto Smith-Gillespie, Chef, Section de la gestion des achats et approvisionnements internationaux du CCI, remarque: «Tant la direction que le personnel agissant au niveau opérationnel doivent s'ouvrir à de nouvelles manières de traiter avec les fournisseurs et la clientèle.» Ce changement de mentalité requiert aussi une attention particulière, au niveau de l'organisation, portée sur des approches plus stratégiques et à long terme, ainsi qu'un investissement dans la formation des cadres et du personnel pour qu'ils appliquent les meilleurs méthodes.

    Depuis 2000, l'initiative du CCI Buying into Competitiveness a fourni le Système d'enseignement modulaire (Modular Learning System), un dossier de matériel de formation, à 57 organisations dans 34 pays. Ces organisations fournissent à leur tour une formation de haut niveau à leur communauté des affaires. Parmi les organisations partenaires se trouvent des instituts de formation en gestion, des associations professionnelles, notamment celles de la branche des achats et approvisionnements, et des universités.

    Le matériel de formation du CCI aide les entreprises à améliorer tous les aspects de la gestion de leur chaîne d'approvisionnement, qu'il s'agisse de la compréhension de l'environnement de l'entreprise ou d'exigences spécifiques, de la planification de l'approvisionnement, de l'analyse des marchés des fournisseurs, du développement de stratégies, de la négociation et de la préparation des contrats, voire de la gestion de la logistique internationale et des relations avec les clients.

    Comme le contexte international des affaires évolue très rapidement, le CCI met régulièrement à jour ses modules en fonction des tendances du moment. Ces modules comprennent de nouveaux outils pour rationaliser les achats et les processus liés à la chaîne d'approvisionnement et augmenter la valeur grâce à la diminution des coûts. Il existe aussi des modules pour répondre à l'apparition de nouvelles applications des TI, notamment en ce qui concerne le commerce et l'approvisionnement électroniques.

      La formation est essentielle lorsqu'il s'agit d'améliorer la capacité des entrepreneurs des économies en développement et en transition à revoir leur gestion de la chaîne d'approvisionnement. Le CCI met l'accent sur la formation pratique, qui peut apporter des avantages immédiats aux entrepreneurs. (Photo: ITC) 

    Former les formateurs

    Pour atteindre le plus d'institutions possible et renforcer la capacité des communautés participantes, le CCI a conçu un modèle fondé sur le partenariat et les réseaux. Les institutions partenaires intégrées au réseau ont utilisé le matériel de formation dans le cadre de centaines de sessions de formation adaptées aux nécessités locales, que ce soient des ateliers ponctuels ou des cours prolongés. Ces derniers sont organisés à l'intention de groupes d'institutions à l'occasion d'un programme de certification professionnelle au sein d'un réseau.

    Le réseau des institutions de formation en gestion des achats et approvisionnements et leurs formateurs bénéficient de l'appui des sites portails du CCI. Outre la fourniture d'information et de matériel, ils relient les institutions qui participent et leur permettent d'échanger leurs expériences, leur matériel et d'autres ressources.

    Grâce au financement du Gouvernement espagnol, du Secrétariat d'État à l'économie (seco) de la Suisse et d'autres donateurs, plus de 500 formateurs dans le monde ont été instruits à l'utilisation de ce matériel. La plupart de la formation a été apportée dans le cadre de projets du CCI dans 13 pays asiatiques, y compris la Chine, ainsi qu'en Bolivie, en Colombie, au Pérou et en Tanzanie. Des cours de formation de formateurs autofinancés ont eu lieu au Kenya, à Maurice et au Mexique. La majorité des formateurs choisis par les institutions locales sont des experts en gestion des achats et approvisionnements. La formation se déroule généralement dans le pays concerné et comprend 15 à 20 participants lors d'un atelier ou d'une session allant jusqu'à trois cours répartis entre trois et sept jours.

    Le CCI forme également des spécialistes comme consultants destinés à aider les firmes locales. «Nous encourageons les liens entre la formation et l'appui sur mesure aux entreprises, déclare Mme Margareta Funder, Administratrice des Systèmes d'enseignement de la Section de la gestion des achats et approvisionnements internationaux du CCI. Cela va permettre aux formateurs et aux institutions de proposer des solutions pratiques aux entreprises qui désirent améliorer la gestion de leurs achats et de leur chaîne d'approvisionnement ainsi que leurs opérations.»

    Elle ajoute: «Les formateurs sentent qu'ils font partie de ce réseau mondial. La formation représente souvent un monde complètement nouveau pour eux. Ils doivent acquérir les compétences et posséder les outils pour communiquer leur savoir et leur expérience. Et cela se vérifie tant pour les PME locales que pour les grandes corporations multinationales. Ils sont enthousiastes et engagés.»

    Un système de reconnaissance professionnelle

    La reconnaissance professionnelle encourage les participants à terminer tous les modules et donne aux diplômés une crédibilité accrue au sein de leur compagnie ou lorsqu'ils cherchent un emploi. Des examens internationaux sanctionnés par le Certificat international, le Certificat avancé et le Diplôme de gestion des achats et de la chaîne d'approvisionnement, fondés sur le matériel de formation du CCI sont à présent à la disposition des institutions désireuses de s'intégrer au réseau. Un groupe de participants thaïlandais a passé les premières épreuves d'examen en mars 2002. Depuis lors, des examens ont été organisés tous les six mois.

     Le Diplôme international a été lancé en Asie; depuis, différentes institutions d'Afrique et d'Amérique latine se sont également inscrites. Un examen en espagnol a été proposé dès cette année en Amérique latine. Les examens sont donnés dans le pays du candidat, où des institutions membres du réseau ont fait tous les arrangements locaux nécessaires. Ces tests, proposés pour chaque module, sont conçus et notés pas un jury international d'examen, composé de professionnels de haut niveau issus de tous les continents, avec le soutien du CCI.

    À l'heure actuelle, 2653 examens de modules ont été suivis par les participants. Des institutions de 22 pays offrent des cours de préparation à l'examen, et d'autres s'apprêtent à le faire. À partir de novembre 2004, les examens pourront se dérouler en ligne.

    Pas de gratuité

    Toutes les institutions partenaires utilisent leurs propres ressources pour participer au Système d'enseignement modulaire du CCI. Le coût d'un ensemble pour démarrer s'élève à US$ 2500 pour les pays en développement et à US$ 1500 pour les pays les moins avancés (PMA). Tout revenu généré sert à couvrir les coûts de production, de distribution et de développement ultérieurs du matériel.

    «Le CCI ne soutient pas financièrement les programmes de formation locaux, ce qui signifie que les cours donnés par les institutions partenaires sont entièrement autofinancés, explique M. Smith-Gillespie. Payer son cours implique un engagement. Cette appropriation représente un des facteurs du succès de ce programme.»

    La formation est proposée à un coût minimal et avec le soutien du réseau. Le CCI fournit l'assistance technique pour la production et la mise à jour régulière du matériel de cours. Il forme les formateurs et offre ses conseils pour adapter ce matériel aux spécificités locales. Le CCI appuie en outre le réseau mondial formé par les institutions locales et les formateurs, en particulier par le biais de ses sites internet.

    Le CCI a élaboré et gère le programme de certification professionnelle avec l'objectif qu'il deviendra peu à peu autonome.

    Partage de connaissances

    De nombreuses institutions partenaires et leurs formateurs ont développé du matériel local supplémentaire basé sur la formation du CCI, tels que des études de cas et des modules spécifiques adaptés au pays. Ils ont également traduit le matériel d'enseignement en espagnol et en chinois, sans frais pour le CCI, ce qui permet de diffuser le cours auprès d'autres parties intéressées.

    Par conséquent, les entreprises et leur personnel ont maintenant accès à une formation de haute qualité dans le domaine de la gestion des achats et de la chaîne d'approvisionnement, notamment dans les PMA où aucune formation de ce type n'était proposée auparavant. Cela permet aux entreprises locales de renforcer leurs capacités dans le domaine de la gestion, ce qui est crucial pour leur compétitivité et leurs performances dans la livraison des exportations.

     



    De nouvelles stratégies d'achat réduisent les coûts

    M. Chatchai Supprapruth a reçu son Diplôme de gestion des achats et de la chaîne d'approvisionnements après avoir passé 15 examens depuis 2002. Aujourd'hui, il est responsable de la gestion des achats chez Gate Gourmet (Thailand) Limited, une firme de restauration pour les lignes aériennes. En 2003, M. Supprapruth a été chargé d'optimiser les achats et approvisionnements de produits alimentaires ou non en vue d'augmenter la compétitivité de l'entreprise sur un marché en déclin, puis très affecté par l'épidémie de SRAS de mars 2003.

    Comment assurer les meilleurs résultats au coût le plus bas? Pour répondre à cette question, M. Supprapruth a entrepris un examen approfondi de la situation des approvisionnements de la compagnie. Il avait appris lors de sa formation avec le CCI, par l'intermédiaire de l'Association thaïlandaise de gestion des achats et approvisionnements, qu'il est important de procéder à l'examen périodique de l'acquisition de chaque marchandise.

    Il a appliqué le Supply Positioning Model (modèle pour situer les approvisionnements) pour diminuer les coûts des fournitures, négocier les achats avec les fournisseurs et garantir la disponibilité. Ce modèle aide à mettre en place différentes stratégies selon les articles à acheter et selon leur prix. Il permet également de déterminer les risques lors de l'approvisionnement et leurs effets sur les opérations de la compagnie. Cela est particulièrement important dans l'activité de la restauration pour les lignes aériennes, où les exigences changent constamment. En appliquant ce processus, il est parvenu à de substantielles économies dès 2003.

    Il s'est aussi servi d'un modèle normatif pour analyser les stocks et les diminuer, et réduire ainsi leurs coûts, tout en maintenant le service aux consommateurs. Cela lui a permis de résoudre le problème des stocks excédentaires, qui résultait d'un manque de contrôle et de la diminution du nombre de passagers. En mai 2003, les résultats étaient déjà évidents.

    «Cela a représenté une amélioration notoire des résultats enregistrés grâce à la réduction des stocks», affirme-t-il.

    Enfin, il a appliqué la stratégie «faire ou faire faire», qui lui a permis de déterminer s'il était plus rentable de produire des articles ou de les acquérir à l'extérieur. Sous-traiter des produits alimentaires à base de carottes chez un nouveau fournisseur a permis à Gate Gourmet d'économiser 6% uniquement sur ce produit.

    Une gestion efficace et rentable de l'approvisionnement a été profitable à Gate Gourmet: cette entreprise est parvenue à économiser plus de 16% au total dans ses dépenses d'approvisionnement. Ces économies ont immédiatement influencé les résultats. En tant qu'entreprise de restauration, les coûts d'approvisionnement composent une part importante (au moins 60%) des coûts totaux. Si elle faisait un profit de 15%, une économie de 16% dans ses coûts d'approvisionnement aurait signifié une augmentation de profit de 64%. Pour parvenir à cette augmentation grâce aux ventes, la société aurait dû augmenter ses ventes de 64%.

    Les efforts de M. Supprapruth montrent comment une meilleure gestion des achats et de la chaîne d'approvisionnement peut entraîner une compétitivité et une profitabilité accrues pour une compagnie.

     



    Les bénéfices de la formation du CCI

    Un spécialiste en achats formé dans le cadre du programme du CCI en Tanzanie, M. Abdi Athuman décrit ainsi l'amélioration de ses compétences: «Cela m'a aidé à procéder à des acquisitions meilleur marché en améliorant mes connaissances de la chaîne d'approvisionnement et en ciblant mieux nos besoins en fournitures.» À son avis, la formation lui a permis d'améliorer ses rapports avec les fournisseurs et de planifier les nécessités avec les départements de l'entreprise concernés afin d'éviter les commandes d'urgence.

    Un des enseignants formés par le CCI, M. Augusto Argüelles, professeur à l'Université Ateneo, aux Philippines, est convaincu que la gestion efficace des achats et de la chaîne d'approvisionnement peut aider son pays. «Nous avons besoin d'optimiser le peu d'argent dont nous disposons, de façon à acheter plus de livres, à construire plus d'écoles et à acquérir des médicaments», affirme-t-il.

    Texte: Dianna Rienstra
     

    Organisations mentionnées dans cet article: