• back
  • LES STRATÉGIES NATIONALES POUR LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE : AU-DELÀ DE L'ACCÈS

  •  

    Les stratégies nationales pour le commerce électronique : Au-delà de l'accès

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 3/2003

    Pour augmenter les exportations et améliorer la compétitivité nationale, les pays en développement ont besoin de stratégies spécifiques qui vont au-delà de la question de l'accès.

    En matière de commerce, ce sont les entreprises qui agissent, et non les pays. Si les stratégies commerciales nationales n'ont pas d'incidences concrètes au niveau des entreprises, par exemple le démarrage d'entreprises commerciales, l'augmentation du nombre de compagnies en ligne ou des transactions électroniques à l'exportation ou de nouveaux emplois, elles sont inutiles. Les cadres gouvernementaux responsables du commerce doivent se demander si l'augmentation des réseaux par ordinateurs va changer la manière d'effectuer les transactions. Si la réponse est oui, cela confirme l'importance du commerce électronique.

    De l'accès à l'application

    Le débat concernant la préparation électronique s'est centré sur le contenu de l'information, la connectivité et l'accès, d'une part, et sur les applications électroniques dans les domaines de la santé, de l'éducation et des affaires, de l'autre. Parmi ces applications, très peu d'études ont été consacrées à l'application du numérique dans la pratique du commerce international. Quels sont les objectifs du commerce électronique et comment savoir s'ils sont atteints?

    Au CCI, nous définissons le commerce électronique comme l'application des technologies de l'information et de la communication (TIC) en vue d'améliorer la compétitivité à l'exportation des entreprises. Ces dernières peuvent tirer parti des TIC pour transformer leurs processus commerciaux de façon qu'elles puissent se positionner plus profitablement et exécuter des transactions commerciales électroniques au-delà de leurs frontières nationales.

    Les atouts pour l'exportation

    Les TIC sont en train de transformer la manière de conduire les affaires, mais elles sont un moteur du commerce à elles seules. La décennie passée, les échanges mondiaux des produits et services des TIC par les pays en développement ont surpassé le commerce en général dans une proportion de 2 à 1. Actuellement, cette activité se concentre uniquement dans quelques pays, tandis que le volume des revenus des exportations des pays en développement continue de provenir des secteurs des produits de base, notamment de l'agriculture, des minéraux, du bois et de la pêche.

    Il est évident que les pays en développement doivent faire des choix stratégiques. Ils peuvent introduire les bénéfices des TIC pour les secteurs d'exportation traditionnels, ou alors déplacer des ressources vers les secteurs de la «nouvelle économie», dont les TIC représentent soit le produit, soit la valeur du produit ou du service. Ces choix vont déterminer la nature du commerce électronique en termes de ventes à l'exportation, d'emplois et de diminution de la pauvreté.

    Mesurer les résultats du commerce électronique

    Imaginez un instant qu'existe dans votre pays un cadre légal pour le commerce électronique et que l'infrastructure des télécommunications fonctionne. Qu'attendriez-vous d'une économie dynamique où le commerce électronique fait sa place? Il inclurait notamment:
    • un commerce croissant de matériel lié aux TIC et de produits et services logiciels;
    • un commerce croissant dans les secteurs liés à l'information et aux réseaux électroniques (médias, édition, finance et tourisme);
    • un commerce croissant de produits de base passant par des cybermarchés interentreprises;
    • un déplacement vers des pays partenaires qui utilisent aussi les TIC;
    • une diminution des importations de services en ligne grâce au développement d'une industrie nationale compétitive d'appui grâce à l'internet;
    • une augmentation des compagnies employant des outils de transaction électronique ou possédant cette capacité, et
    • une augmentation des revenus réels dans les secteurs où les TIC sont utilisées stratégiquement.
    Pour parvenir à cette vision d'un commerce «facilité par les TIC», les responsables nationaux du commerce doivent déterminer des cibles spécifiques et mesurables. Ils devraient exprimer cela en termes quantifiables, par exemple en déterminant d'«augmenter le commerce électronique interentreprises des produits de base de 20%, soit de US$ 215 millions d'ici à 2004». Passer d'une vision élargie à des valeurs spécifiques leur permet de déterminer les ressources nécessaires pour atteindre ce but.

    Quelques scénarios

    Le mot stratégie vient du grec stratêgia, «gouvernement militaire». Lors d'une bataille, il n'y a pas qu'un seul plan pour rassembler les ressources en vue d'obtenir la victoire. Il en va de même pour les stratégies qui visent une réussite dans le commerce électronique. En Chine, par exemple, la priorité du commerce électronique va à la numérisation, avec un fort accent sur la technologie, les pépinières d'entreprises et le développement rural. Au Costa Rica, la décision d'Intel d'y investir a permis de développer des logiciels concurrentiels sur le plan international et une industrie de services basée sur les TIC.

    Chaque pays doit examiner ses propres atouts en matière de commerce électronique par rapport aux tendances du commerce mondial et aux offres des pays concurrents. Il existe autant de façons d'envisager le commerce qu'il y a de pays. Selon les priorités de chacun d'eux, les responsables stratégiques peuvent être amenés à prendre en compte des mesures concernant la réduction de la pauvreté, le commerce électronique national, la société du savoir, le développement des PME ou la réforme de l'agriculture. Les pays devraient aligner la stratégie concernant le commerce électronique avec les mesures émanant des autres ministères.

    Comme il existe très peu de modèles de stratégies spécifiques au commerce électronique, le CCI a élaboré un programme de formation de deux jours appelé E-Trade Bridge afin d'aider les responsables de la stratégie commerciale nationale à envisager différents scénarios et stratégies pour le développement du commerce électronique. L'objectif est de réunir des chefs de file des secteurs public et privé issus des milieux liés aux TIC et au commerce, en vue de définir une vision pour le commerce électronique et de décider comment mesurer les résultats. Ce programme de formation a été inauguré au Viet Nam avec le soutien du Ministère du commerce et de Vietrade. Il sera lancé dans six autres pays durant les deux ans à venir et vise au total 27 pays.

    L'approche du CCI pour développer des stratégies nationales de commerce électronique se fonde sur l'expérience de professionnels. Nous travaillons actuellement avec des partenaires des secteurs public et privé capables d'aider les pays en développement à passer des projets à la pratique du commerce électronique.

    Plan d'action du SMSI

    Les pays en développement espèrent encore que les TIC vont leur apporter des améliorations tangibles dans leur niveau de vie. Il est important, par conséquent, que les stratégies nationales relatives au commerce électronique contribuent à la performance économique et à la justice sociale. Ils sont une partie intégrante du Plan d'action du Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI) en vue de développer des cyber-stratégies.

    En tenant compte des incidences du commerce électronique sur le développement national, les programmes du CCI complètent ceux d'autres organisations internationales. Parmi ceux-là, il faut citer notamment l'Initiative pour les TIC (Digital Opportunity Initiative) du Groupe d'étude sur les technologies de l'information et de la communication (TIC), conduite par le PNUD, et les Documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP) de la Banque mondiale, ainsi que son Programme d'information pour le développement (infoDev).

    Le CCI va revoir ses programmes relatifs à l'électronique pour incorporer les recommandations du Plan d'action du SMSI formulé en 2003 à Genève. Lors du SMSI 2005 à Tunis, le CCI informera sur la mise en œuvre de ses programmes de développement du commerce électronique et de formation sur la stratégie liée au commerce électronique.


    Questions liées au commerce électronique

    Compétitivité
    • Votre pays perd-il des marchés dans des secteurs d'exportation clés parce que d'autres pays mieux préparés dans le domaine des TIC s'y sont implantés?
    • À combien estimez-vous les pertes de revenus annuelles dues à l'absence de concurrence nationale ou de compétences dans les TIC pour les sites internet d'hébergement et les sociétés conceptrices de sites?
    Stratégie
    • Le commerce électronique fait-il partie intégrante de votre stratégie nationale d'exportation?
    • Possédez-vous une stratégie en vue d'appliquer les apports des TIC aux secteurs d'exportation traditionnels?
    • Possédez-vous une stratégie en vue de diversifier la production dans des marchés de niche de produits et services liés aux TIC (codage de logiciels de base, traitement de données, système de gestion de base de données géographiques)?
    • Quelle est la valeur totale du commerce de vos secteurs de produits et services liés aux TIC?
    PME
    • Combien de PME utilisent-elles les TIC pour améliorer leurs résultats commerciaux?
    • Combien de PME ont-elles une présence sur l'internet grâce à un site propre ou à un portail commercial sectoriel ou national?
    • Le volume du commerce électronique est-il intégré à votre sondage annuel sur les opérations commerciales?
    Transactions électroniques
    • Quel est le volume total des ventes effectuées en ligne avec des partenaires étrangers?
    • Quel pourcentage de commerce électronique est-il effectué par l'intermédiaire de marchés en ligne, sectoriels ou autres?
    • Combien de compagnies ont-elles accès à des dispositifs de paiement en ligne, soit directement, soit par l'intermédiaire de fournisseurs tiers de systèmes de paiement électronique?

    Pour plus d'information sur les questions évoquées dans cet article ou sur le Programme de formation sur la stratégie nationale du commerce électronique du CCI, veuillez contacter John Gillies (gillies@intracen.org), Administrateur principal en formation (commerce), CCI. Pour plus d'information sur le programme E-Trade Bridge: etradebridge@intracen.org