• back
  • LES RÉUSSITES AFRICAINES DANS L'EXPORTATION

  •  

    Les réussites africaines dans l'exportation

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 1/2000

    Alors que, dans son parcours vers l'intégration au système commercial mondial, l'Afrique doit faire face à d'énormes défis, le commerce africain connaît un succès inattendu. Plusieurs branches d'exportation africaines ont dépassé la croissance du marché mondial. Dans le carnet des exportations africain, les produits phares sont notamment les fleurs coupées, le poisson surgelé, les T-shirts, les pantalons pour femmes, les chaussures et les transistors. Ils sont la preuve que l'Afrique peut être concurrentielle.

    Ces produits figurent parmi les découvertes du nouveau Trade Performance Index du CCI, lancé à Bangkok lors de la CNUCED X. Cet index classe les résultats à l'exportation de 184 pays dans 14 secteurs d'exportation, plaçant les secteurs d'exportation de tous les pays sur une échelle mondiale de compétitivité. Ce nouvel index a pour base les résultats à l'exportation de 1998, ainsi que le comportement de ces résultats entre 1994 et 1998.

    Le Trade Performance Index a été lancé au même moment sur le site internet du CCI (http://www.intracen.org/services/mas/smr_inde.htm), avec des graphiques et des tableaux pour les pays d'Afrique, ainsi que pour tous les autres pays.

    L'Afrique diversifie ses activités

    En 1998, les exportations africaines se montaient à environ US$ 124 milliards. Entre 1994 et 1998, les exportations totales, sans le pétrole, augmentèrent de 5% par année. Derrière ces chiffres se dessinent des réussites pour différents produits et pays.

    Traditionnellement exportatrice de produits de base, l'Afrique est en train de diversifier ses activités avec la production de biens et de services. La Tunisie est un bon exemple des secteurs en croissance en Afrique. Les exportations de composants électroniques ont passé la barre des US$ 500 millions, augmentant au rythme annuel de 22% depuis de plusieurs années. Dans le secteur de l'habillement, et malgré une concurrence mondiale féroce, la Tunisie a réussi a accroître sa part du marché; elle se situe maintenant au huitième rang de l'index pour l'habillement, ce qui représente des exportations pour US$ 2,5 milliards vers différents groupes de pays. Maurice, autre grand exportateur africain, a aussi augmenté sa part du marché mondial, fournissant des vêtements pour une valeur de US$ 1 milliard.

    Dans le secteur textile, les fournisseurs principaux sont l'Afrique du Sud, le Maroc et le Zimbabwe. Plus récemment, de nombreuses petites entreprises ont connu de bons résultats et connaissent une élévation rapide de leurs exportations, c'est le cas du Cameroun, de Madagascar et du Soudan.

    Position dominante sur la scène mondiale

    L'Afrique australe a rejoint les rangs des zones phares dans le commerce mondial. Dans cinq parmi les quatorze secteurs couverts par l'index, l'Union douanière d'Afrique australe (SACU) figure parmi les quinze meilleurs exportateurs du monde. L'équipement de transport en est un exemple: la SACU s'y trouve à la neuvième place, avec des exportations se montant à US$ 1,4 milliards et une forte diversification des produits et des marchés.

    L'Afrique du Sud a fait l'objet d'un intérêt croissant de la part des compagnies transnationales pour y investir, comme le démontre une récente enquête de la CNUCED sur les investissements étrangers directs en Afrique.

    Les réussites africaines dans l'exportation ne se limitent pas aux pays du Maghreb ou d'Afrique australe. Les exportations des pays subsahariens (à l'exclusion de l'Afrique australe) sont loin d'être marginales dans certaines catégories de produits. Ainsi, cette région est un exportateur net majeur d'aliments frais et de produits agroalimentaires. En outre, plusieurs de ces pays sont en train d'améliorer leur compétitivité dans les exportations d'aliments préparés, comme on peut le constater dans le Trade Performance Index avec le changement de position du Kenya, du Malawi, du Ghana et du Mozambique.

    La participation des PMA

    Les pays à faible revenu visent aussi le développement international des affaires. Bien qu'elle compte parmi les pays les moins avancés et qu'elle n'aie pas d'accès à la mer, l'Éthiopie est devenue un fournisseur international compétitif pour certains services et marchandises. Les producteurs éthiopiens sont les premiers fournisseurs de graines de sésame, avec 11% des importations mondiales. Les valeurs et les quantités des exportations éthiopiennes de café ont atteint des taux supérieurs à 10% entre 1994 et 1998, parvenant à plus de US$ 300 millions en 1998 (les gains de 1999 sont moindres, car ils sont le reflet de prix plus bas sur le marché). Les compagnies de transport éthiopiennes, la ligne aérienne Ethiopian Airlines comprise, ont engrangé des gains dus à l'exportation des services de transport de plus US$ 180 millions en 1998.

    Les services d'analyse commerciale du CCI

    Le CCI propose quatre outils pour l'évaluation comparative des résultats commerciaux nationaux et par secteurs.

    • Trade Performance Index. Il s'agit d'une évaluation annuelle succincte des résultats commerciaux de 184 pays. Il mesure les résultats des exportations en 1998 de 184 pays, dans 14 secteurs de chacun d'entre eux.

    • TradeMaps. Ils fournissent des renseignements sur les exportations nationales et la demande internationale pour des produits précis. Le CCI a élaboré des TradeMaps pour tous les pays africains lors d'une recherche d'expériences réussies en Afrique, base de l'étude pour le Trade Performance Index.

    • PC-TAS. L'analyse des TradeMaps se fonde sur des statistiques commerciales officielles provenant de COMTRADE, la base de donnée sur le commerce la plus vaste du monde, financée par la Division des statistiques des Nations Unies. Les Nations Unies et le CCI publient cette base de données sur un CD-ROM intitulé PC-TAS.

    • TradeSim. Il s'agit d'un modèle de gravité économétrique qui estime le potentiel commercial bilatéral.

    Pour plus d'information, contactez M. Friedrich von Kirchbach, Chef, Section de l'analyse des marchés; e-mail: mas@intracen.org ; ou consultez le site internet du CCI: http://www.intracen.org/services/mas/smr_inde.htm

    Pour plus d'information, contactez M. Friedrich von Kirchbach, Chef, Section de l'analyse des marchés; e-mail: mas@intracen.org