• back
  • LES PRODUITS DE LA PÊCHE

  •  

    Les produits de la pêche

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 3/2001

    Le secteur de la pêche est important pour les PMA. Le volume total des transactions atteint plus de US$ 1,5 milliard (dont US$ 0,9 million provient des mollusques et crustacés). Plusieurs PMA sont actifs dans ce secteur: environ 18 d'entre eux exportent des crevettes congelées.

    Depuis 1995, les PMA ont fourni 3,5% des importations mondiales de poisson, crustacés et mollusques.

    Le Bangladesh, Madagascar, le Mozambique et le Myanmar ont fourni plus de 90% des exportations totales de crustacés des PMA, tandis que la majeure partie de leurs exportations de mollusques provenaient de Mauritanie (60%) et du Sénégal (18%).

    Les PMA sont aussi de gros exportateurs de sardines, de thon et de poulpes congelés.

    Peu de produits transformés

    Les PMA ne représentent actuellement que 0,6% des exportations mondiales de poisson transformé alors que, pour les produits frais et superréfrigérés, leur part de marché est beaucoup plus haute (4,2% pour les crustacés et 2% pour le poisson).

    Parmi les PMA, le principal exportateur de poisson transformé est le Sénégal.

    Les conserves

    En dehors de la préparation de filets, dans les PMA la transformation du poisson se focalise dans la mise en conserve, du thon en particulier. En 1999, les usines de transformation de poisson ont dû faire face à une crise financière provoquée par des investissements destinés à la modernisation des installations pour répondre aux normes techniques internationales et rendre les usines aptes à obtenir des permis d'exporter vers l'UE.

    La commodité d'abord

    Ce qui influence surtout la tendance de la consommation est la commodité. La demande va se déplacer du poisson entier vers les filets, et les produits préemballés. Les produits à l'intention du secteur de la restauration rapide sont en augmentation. En ce qui concerne le type de poissons consommés, la tendance se dirige vers des espèces de pisciculture telles que les corégones, les crustacés et mollusques dans les pays industrialisés, et vers des espèces bon marché comme les petits pélagiens dans les pays en développement.

    Obstacles et débouchés

    Les pays développés, de nombreux pays en développement et quelques PMA ont introduit des systèmes préventifs nommés «Analyse des risques et maîtrise des points critiques», ou systèmes HACPP, et des réglementations relatives à la sécurité des produits de la pêche. Le manque d'inspections appropriées, d'assurance de la qualité et de dispositions relatives au contrôle risque de placer le secteur de la poissonnerie en mauvaise posture dans les PMA, et d'affecter ainsi le développement de leurs exportations.

    Contrairement à ce qui se passait auparavant, dans les pays industrialisés la demande de poisson ne résultera plus de l'augmentation de consommation de protéines par habitant, mais plutôt des préférences de consommateurs plus exigeants et responsables de leur santé. Le marché tend vers une meilleure qualité des produits frais.

    La demande

    Les difficultés que les PMA doivent résoudre lorsqu'ils augmentent leurs activités de poissonnerie consistent notamment à assurer que leurs produits coïncident avec les exigences de santé et de sécurité des pays importateurs. Parmi les autres obstacles, on peut mentionner:

    • le manque de fonds pour l'implantation de nouveaux ports et la rénovation ou le remplacement de la flotte;
    • une infrastructure et des équipements inadéquats, ainsi que le manque de personnel qualifié;
    • la surpêche et le dépeuplement des réserves de reproduction, et
    • le manque de moyens pour contrôler les côtes et empêcher la pêche illégale dans les eaux des PMA.


    Pour plus d'information, veuillez consulter la section Pêche du site internet de la FAO (http://www.fao.org/fi). En ce qui concerne l'assistance technique du CCI, veuillez contacter Rudy Kortbech-Olesen, Consultant principal en développement des marchés du CCI (kortbech@intracen.org).