• back
  • LES MARCHÉS EN MUTATION

  •  

    Les marchés en mutation

     

     
     
    Forum du commerce international - No. 2/2010 
     

    La crise économique mondiale a radicalement changé les opportunités de marché et l'environnement commercial international. En plein rééquilibrage de l'économie mondiale, la hausse de la consommation et de la demande sur les marchés émergents devrait propulser ceux-ci au rang de moteurs de l'économie.

    Dans cette édition, des femmes et des hommes d'affaires, des économistes et des chercheurs éminents partagent également leur point de vue sur l'impact de la mutation des marchés sur le commerce, l'investissement et les opportunités. Nous examinons aussi en détail certains problèmes et opportunités nés de cette mutation dans des secteurs comme l'investissement étranger, la biotechnologie, l'externalisation des services, le tourisme, les textiles et l'habillement.

    Les économies asiatiques ont été les premières à rebondir après la crise mondiale; d'autres marchés émergents devraient afficher une croissance élevée et éclipser les économies développées plus matures.

    Les prévisions à long terme de l'OCDE laissent entendre que les pays émergents et en développement devraient représenter près de 60% cent du PIB mondial en 2030. En outre, la part des pays en développement dans le commerce mondial s'établit à près de 45%, dont la moitié concerne les échanges Sud-Sud.

    La croissance du commerce Sud-Sud a été attribuée à plusieurs facteurs dont l'expansion économique rapide de certains pays en développement; l'amélioration de la facilitation du commerce et de l'infrastructure de transport; le renforcement de l'intégration régionale; et les réseaux et transactions intra- et interentreprises/industries.

    Même si en général, le commerce mondial reprend du terrain et que les échanges Sud-Sud s'intensifient, l'analyse des tendances du commerce montre que les pays les moins avancés (PMA) souffrent toujours des effets de la crise financière mondiale. En 2009, les exportations de produits non pétroliers des PMA vers leurs principaux partenaires commerciaux ont baissé de plus de 8,5% en valeur, alors que le volume des biens exportés a augmenté de près de 6%. En fait, dans cette période d'après-crise, ces pays exportent davantage sans gagner plus.

    Plus positivement, les PMA s'en sortent toujours mieux que la moyenne mondiale en matière d'exportation, selon les données de l'ITC. Ainsi, au cours du quatrième trimestre 2009, leurs exportations de produits non pétroliers ont progressé de 2% sur une base annuelle alors que les exportations mondiales ont enregistré un léger recul de 0,2% comparé au même trimestre 2008.

    Devant le potentiel de croissance des marchés émergents, il faut encourager et renforcer le commerce Sud-Sud comme source de demande pour se prémunir des futurs chocs économiques mondiaux. La coopération s'est intensifiée entre les pays en développement en vue de réduire les barrières commerciales et autres obstacles aux échanges Sud-Sud. Cette tendance offre l'occasion de réduire la dépendance de nombreux pays en développement vis-à-vis des exportations de matières premières grâce au potentiel commercial accru des biens et services à haute valeur ajoutée et à contenu technologique.

    La perspective mondiale en matière de sécurité financière et d'investissement a également changé. Suite à l'effondrement des structures financières traditionnelles dans les pays développés, les systèmes financiers des pays en développement ont été reconnus comme des options solides, qui rétablissent la confiance des investisseurs.

    La crise a également révélé une tendance émergente en faveur d'une réglementation créatrice de valeurs, qui pousse les entreprises à reconfigurer leurs chaînes logistiques mondiales. Cette tendance profite davantage à certains fournisseurs. Mais, comme le soulignent plusieurs auteurs d'articles de ce numéro du Forum du commerce international, les opportunités côtoient les problèmes. Ce qui est sûr c'est que pour tirer le meilleur parti du potentiel commercial des marchés émergents, il faut une approche plus structurée.

    L'amélioration des mesures de facilitation du commerce, les options de financement des échanges et les coentreprises peuvent aider de nombreuses PME à recentrer leurs activités sur le commerce Sud-Sud.

    Pour s'adapter à la nouvelle réalité des marchés, les entreprises et les institutions d'appui au commerce doivent miser sur l'innovation pour contribuer à l'essor de la croissance économique et à la création d'emplois et d'opportunités entrepreneuriales, et conforter leur position sur les marchés actuels et futurs.