• back
  • LE CCI AUJOURD'HUI… CONSTRUIRE UN PONT SUD-SUD

  •  

    Le CCI aujourd'hui… Construire un pont Sud-Sud

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 1/2004

    Haïti est un des pays les plus pauvres du monde. Pourtant, avec le soutien du CCI, il aide le Burundi à pénétrer le marché mondial des parfums.

    À Haïti, pays parmi les plus pauvres du monde, une compagnie connaît l'un des succès les plus retentissants sur le marché international. Elle est le plus grand producteur de la planète d'un ingrédient clé dans les parfums et fragrances industrielles. Un entrepreneur du Burundi, pays d'Afrique centrale qui vient à peine de sortir d'une guerre civile, a trouvé le moyen d'augmenter les exportations nationales dans les conditions les plus difficiles.

    Ce sont deux réussites survenues dans les pays les moins avancés (PMA) - 49 États confrontés aux difficultés les plus ardues pour améliorer le niveau de vie de leur population. Aujourd'hui, ces deux PMA qui ont réussi travaillent ensemble, rapprochés et soutenus dans leur collaboration par le CCI, pour étendre les bénéfices du commerce international à leurs communautés locales.

    Pierre Léger, qui a repris la firme d'essences Frager de son père, à Haïti, a rencontré Stanislas Habonimana, dirigeant de Rugofarm, au Burundi, lors de la Table ronde du secteur des d'affaires tenue à l'occasion de la Conférence sur les PMA organisée par la CNUCED à Bruxelles en 2001.

    Patchouli et poivre

    Rugofarm a généré du travail pour 1000 personnes en milieu rural, avec la culture d'environ 1500 hectares de patchouli, de citronnelle et de piment oiseau. La qualité du patchouli est si élevée qu'une firme française de renom a signé un contrat d'exclusivité avec Rugofarm pour acheter toute sa production de patchouli. Tout cela en seulement deux ans.

    Léger a été impressionné par l'esprit d'entreprise dont ont fait preuve les Burundais et les a aidés à dynamiser leurs exportations agricoles. Avec Frager, Pierre Léger possède une longue expérience de travail avec les communautés locales dans le renforcement des économies durables. Les employés de Frager ont la possibilité de participer à la gestion de l'entreprise. La compagnie n'est pas propriétaire des terres où est cultivé le vétiver. Les racines sont récoltées par les cultivateurs locaux pour produire une essence de parfum. Quelque 27 000 familles fournissent le vétiver à Frager. Cet accord a permis à Frager de ne pas s'endetter en achetant des terres et de se concentrer ainsi sur la transformation de cette racine. Cependant, Léger accorde aussi de l'importance aux relations amicales à long terme avec les personnes qui sont à la base de ses activités. Il prend part à la récolte et aux rassemblements festifs de la communauté pour chanter des chansons traditionnelles. Il initie également son fils à ses affaires.

    Quand le Sud aide le Sud

    En collaboration avec le Groupe du CCI consacré aux PMA, Rugofarm a formulé une proposition.

    «Nous avons collaboré étroitement avec les Burundais et les avons aidés à monter un projet en vue de développer leurs exportations d'huiles essentielles en tablant sur une forte demande internationale, fait remarquer M. J. Denis Bélisle, Directeur exécutif du CCI. Le climat est adéquat, la terre excellente, la main-d'œuvre très intensive et bon marché, et il existe une base agricole. En allant au Burundi, Frager a partagé ses connaissances commerciales et ses contacts avec Rugofarm et a prodigué des conseils techniques pour la mise en place de la culture et de la transformation. C'est un exemple admirable de coopération Sud-Sud.»

    Le projet a été réalisé grâce au Cadre intégré pour les pays les moins avancés et financé par l'Agence intergouvernementale de la francophonie. Le Cadre intégré se compose de six grandes agences de développement commercial: la Banque mondiale, le CCI, la CNUCED, le FMI, l'OMC et le PNUD.

    Le vétiver, qui met 12 mois pour mûrir, se cultive en terrain dur et pierreux et a besoin de beaucoup de soleil. Frager propose ses conseils aux familles des environs de Cayes, à Haïti, sur la culture de cette plante: elle a en effet un besoin particulier de «stress».

    D'une vieille chaudière au téléphone par satellite

    Frager a percé quand Pierre Léger, après avoir étudié l'agronomie aux Pays-Bas, s'est approché d'une firme suisse parmi les plus importantes de la branche de la parfumerie, grâce à des relations, si importantes dans cette activité. Il commercialisait son essence de vétiver comme «l'authentique vétiver de Haïti, pur, naturel et non altéré». Cette firme a passé un contrat avec lui, ce qui lui a permis de remplacer une chaudière à charbon datant de 1880. Des appareils sophistiqués et une chaudière à mazout furent installés, et un téléphone par satellite acheté dans le but exprès de maintenir un contact étroit avec les clients européens. La combinaison de distribution directe, nouvelles technologies et bas coûts d'opération a aidé Frager à assurer son avantage par rapport à des concurrents chinois, brésiliens, indonésiens et réunionnais, et de vendre directement en Europe plutôt que de passer par les États-Unis.

    Depuis 1991, la production d'extrait de vétiver de Frager a passé de 20 à 60 tonnes par année, la plaçant au premier rang mondial. Le kilo de vétiver valant US$ 69, Frager a atteint l'excellent chiffre d'affaires de US$ 4 millions.

    Par le biais du CCI et du Cadre intégré, Léger a fait profiter Rugofarm de son savoir durement acquis et de son réseau personnel.


    Pour plus d'information, veuillez contacter Francesco Geoffroy, Administrateur principal du CCI en promotion commerciale; geoffroy@intracen.org