• back
  • LA RSE: UN MUST POUR LES GRANDES SOCIÉTÉS EN AFRIQUE

  •  

    La RSE: Un must pour les grandes sociétés en Afrique

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 1/2007 ,
    Interview d'Ann Pickard, Shell Exploration and Production Africa
     
     

    © Shell Nigéria Ann Pickard avec un employé de Shell au Nigéria.

    La responsabilité sociale des entreprises (RSE) est un préalable à toute activité en Afrique, comme l'explique la Vice-présidente de Shell Africa.

    Les activités de Shell au Nigéria ont soulevé la polémique. Sa politique de RSE, révisée en 2003, commence à porter ses fruits, selon Ann Pickard.

    Q: Quelle a été l'approche de Shell en faveur des communautés africaines? 

    R: Nous estimons que le premier investissement consiste à créer des revenus en développant l'emploi et ées ressources humaines grâce à l'investissement rentable. Le Nigéria, pays crucial pour nous en Afrique, se prête bien à la réalisation de cet investissement.

    Nous sommes avant tout des hôtes. Nous entretenons des relations à long terme avec les communautés dans lesquelles nous opérons. Nous connaissons leurs besoins et nos capacités à améliorer les conditions locales.

    Q: Comment cela se traduit-il dans la pratique? 

    R: Pour commencer, le Président et la majorité des directeurs de Shell Afrique sont nigérians. Nous devons être la seule compagnie pétrolière internationale au Nigéria à confier autant de postes de direction à des nationaux.

    Le programme de formation intensive de Shell prépare à l'emploi les jeunes diplômés et les techniciens nigérians.

    Shell Nigeria propose aussi des stages de perfectionnement au Nigéria ou à l'extérieur. Elle garantit un développement de carrière grâce à des programmes de rotation du personnel, d'encadrement et de tutorat, d'affectations croisées et d'échanges de poste. Selon des chiffres récents, 160 employés nigérians sont en affectation croisée depuis plus d'un an et 40 autres en affectation à court terme dans d'autres entreprises Shell à travers le monde.

    Q: Et en termes de développement communautaire? 

    R: En 2003, Shell a créé un Programme de développement communautaire durable. Axé au départ sur l'autonomie économique, le développement du capital humain, la vie saine et les services de base, il met désormais l'accent sur la création de partenariats stratégiques avec le Gouvernement nigérian, les organisations locales et internationales de développement, les communautés locales et autres parties prenantes.

    Nous espérons aider de la sorte les communautés locales qui nous accueillent à prendre en main leur propre destinée et à augmenter ainsi leurs chances de développement et de création d'emplois et donc de réduction de la pauvreté. Une équipe de fonctionnaires chargée des relations avec les communautés et du développement sert d'interface dans les grands projets.

    Nous collaborons avec les communautés locales par le biais du Conseil de développement du Delta du Niger, avec le programme du PNUD sur le contrôle du paludisme, ainsi qu'avec les autorités locales en concluant des protocoles d'accord visant à garantir la cohérence des divers projets que nous finançons. Je pense notamment au programme de microcrédit que nous avons mis sur pied pour encourager la création de petites et moyennes entreprises. Il cible particulièrement les femmes et les jeunes. En 2006, 3 200 emplois à temps complet et 1 500 à temps partiel ont été créés grâce à près de 40 projets axés sur la pisciculture, les transports et l'élevage. 

    Interview de Peter Hulm.