• back
  • ENCOURAGER LES ENTREPRISES AFRICAINES LORS DU FORUM ÉCONOMIQUE MONDIAL

  •  

    Encourager les entreprises africaines lors du Forum économique mondial

     

     
     
    Forum du commerce international - No. 2/2007, © Centre du commerce international

    Le Rapport sur la compétitivité en Afrique, lancé lors de ladite réunion peut être téléchargé.

    Lors de la réunion de Cape Town, le CCI estime que la rencontre de partenaires et la sensibilisation au développement vont de pair.

    Pendant dix ans, les services de rencontre de partenaires commerciaux du CCI proposés en marge de la réunion annuelle du Forum économique mondial en Afrique, ont permis de créer de nouvelles entreprises.

    À Cape Town, en juin 2007, le CCI a réitéré en organisant près de 400 réunions bilatérales entre hommes d'affaires de 20 pays (dont 14 pays africains). La plupart d'entre elles ont exploré les partenariats dans divers secteurs: consultation en gestion, services financiers, télécommunications, énergie et éducation.

    Ces contacts débouchent souvent sur des projets prospères. Par exemple, en 2005, la compagnie nationale d'électricité du Mozambique (EDM) a rencontré un fournisseur d'électricité suédois auquel elle a acheté en 2006 la technologie dans le secteur de l'énergie renouvelable.

    Stephen Browne, Directeur exécutif adjoint du CCI, a déclaré: «Les hommes d'affaires africains apprécient ce réseautage spécialisé et la facilitation à la création de partenariats. Le nombre croissant de participants au Forum économique mondial qui recourent à ces services bilatéraux et l'intérêt renouvelé des participants témoignent de l'importance de notre rôle.»

    Le développement à deux vitesses



    Le CCI a également participé à des groupes d'experts sur le changement climatique et à la stratégie de l'Union internationale des télécommunications Connecter l'Afrique qui vise à améliorer l'accès numérique.

    «Le développement de l'Afrique est à deux vitesses,» selon M. Browne. «Le secteur privé piaffe d'impatience.»

    Leur marché intérieur étant souvent petit, les plupart des pays africains doivent lorgner du côté des pays voisins pour faire du commerce le moteur du développement africain. 

    Collaborateurs: E. Barreto et N. Domeisen, CCI.