• back
  • COMBATTRE LA MALARIA AVEC DES PRODUITS LOCAUX

  •  

    Combattre la malaria avec des produits locaux

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 4/2001 

    La malaria reste un des problèmes de santé publique les plus dévastateurs au monde. Selon l'OMS, 300 à 500 millions de cas de malaria sont signalés chaque année, dont presque 90% en Afrique. En octobre 1998, l'OMS, l'UNICEF, le PNUD et la Banque mondiale ont lancé l'initiative dénommée "Faire reculer le paludisme" (Roll Back Malaria, RBM), qui vise à réduire de moitié le nombre de cas de malaria d'ici à l'an 2010.

    L'utilisation de moustiquaires et autres toiles imprégnées d'insecticides est un moyen simple et sûr de se protéger contre le paludisme. Chaque année, l'initiative RBM va distribuer 32 millions de moustiquaires et de coffrets de soins. C'est pourquoi il existe à présent une demande croissante de rideaux et de moustiquaires produits localement. Environ 6 millions de moustiquaires sont fabriquées chaque année en Afrique. La République-Unie de Tanzanie et le Cameroun exportent actuellement des moustiquaires faites de toiles fabriquées à la main, tandis que le Togo, le Kenya et l'Afrique du Sud produisent des moustiquaires en matériaux différents. Le Sénégal quant à lui est le plus gros exportateur d'insecticides.

    Le cas de la République-Unie de Tanzanie donne un bon exemple des effets des mesures gouvernementales pour combattre une maladie mortelle tout en renforçant le secteur privé. En 1994, le Gouvernement a aboli une taxe de vente de 100% sur les moustiquaires prêtes à poser. Cela a créé une forte augmentation de la demande et, pour la satisfaire, le nombre de fabricants de moustiquaires est passé de un en 1994 à trois en 2000. Ensemble, ils produisent 2,3 millions d'articles par année: 1,58 million de moustiquaires sont vendues sur place, le reste est exporté.

    Paul Baker est Analyste commercial et collabore avec le CCI (baker@intracen.org).