• back
  • ANALYSE FFPD: LES ONG EN TANT QUE PARTENAIRES

  •  

    Analyse FFPD: Les ONG en tant que partenaires

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 2/2006

    LeForum du commerce analyse les points forts, les points faibles, les possibilités et les dangers (FFPD) que portent en elles les organisations non gouvernementales en tant que partenaires du développement du commerce.

    Les ONG varient en nombre et en taille. Certains gouvernements et agences internationales s'interrogent: Comment concilier leur travail avec le nôtre?

          Points forts
    • LesONG localesprésentes sur le terrain depuis longtemps, elles jouissent d'une certaine confiance et connaissent bien la politique, la culture et le contexte économique dans lequel elles évoluent. Avec des charges d'exploitation modestes, elles peuvent être novatrices et flexibles. Leur cible sont les populations pauvres et marginalisées.

    • LesONG internationalessont connues à travers le monde; elles disposent d'une solide expérience en réseautage et peuvent mobiliser ressources et expertise. Leurs activités de recherche et de sensibilisation rencontrent peu d'obstacles politiques. Leur point fort: influencer les citoyens et les décideurs. Leur personnel est généralement rémunéré.

    • LesONG de défense des entreprisessont dotées, à l'échelon local et mondial, de connaissances spécialisées sur les problèmes liés au commerce, les marchés et les contacts dans leur domaine.
     

          Points faibles
    • LesONG localesdisposent parfois d'une expertise et de ressources limitées. Leur méconnaissance de certains sujets et des forces du marché ne favorise pas la collaboration avec les milieux d'affaires et les gouvernements. Leur durabilité financière n'est pas toujours assurée.

    • LesONG internationales. Certaines ONG centrées sur la sensibilisation ont une capacité d'exécution limitée. Elles ne comprennent pas toujours les intérêts particuliers passés. Leur santé financière fluctue au gré des donations. Elles adoptent parfois un comportement «phobique» vis-à-vis du gouvernement ou des entreprises et peuvent être accusées de «trahison» lorsqu'elles collaborent avec eux.

    • LesONG de défense des entreprisesmanquent parfois d'expérience avec les communautés pauvres; certaines négligent les intérêts des petites entreprises. L'adhésion ne suffit pas toujours à garantir leur pérennité financière. Elles peuvent se focaliser sur un seul thème.
    • Possibilités

       

    • LesONG localespeuvent être de bons partenaires des programmes de développement des exportations en intégrant les communautés locales, en offrant une formation et en encourageant le développement participatif. Elles peuvent inciter les producteurs, même petits, à se tourner vers des produits d'exportation autres que ceux de base et contribuer à intégrer les initiatives en matière de santé et d'éducation dans les programmes de développement.

    • LesONG internationalespeuvent, de pair avec les agences et les gouvernements, mobiliser l'opinion publique sur les questions liées au commerce lorsque leurs intérêts convergent. Leur voix et leur mandat confèrent souvent une dimension sociale qui complète les analyses commerciales et de données ainsi que l'expertise commerciale. Elles peuvent être un partenaire efficace des programmes s'attaquant à des problèmes plus vastes comme l'environnement, les femmes, la technologie, etc.

    • LesONG de défense des entreprisespeuvent amener leur expertise sectorielle et aider les producteurs à ajouter de la valeur, à améliorer la qualité et à trouver de nouveaux débouchés à l'exportation. Elles peuvent servir de centre d'informations sur le commerce.
     
             Dangers

    Les actions isolées peuvent se tromper de cible ou avoir un impact limité. Si les autorités chargées du commerce ne se rapprochent pas des ONG:

    • LesONG localespeuvent lancer des initiatives non pérennes indépendamment des actions plus larges de promotion du commerce, réduisant du même coup les chances de connecter les populations pauvres aux opportunités
      d'exportation.

    • LesONG internationalespeuvent définir le dialogue et la perception du public sur des questions liées au commerce sans tenir compte de l'avis et de l'expérience des agences commerciales. Elles peuvent passer à côté d'opportunités commercialement prometteuses de par leur focalisation sur les exclus. Elles peuvent par exemple privilégier les micro-producteurs aux dépens des PME.

    • LesONG de défense des entreprisespeuvent faire pression sur les décideurs à tour de rôle, à moins qu'existent des possibilités de dialogue permettant de dégager des positions communes sur les grands problèmes du commerce.
     



    Collaborateurs: Brian Towe, Peter Hulm.